Focus sur la saison nautique 2013-2014 - Partie 1

La Fédération des Industries Nautiques a publié la semaine dernière les chiffres de la saison nautique 2013/2014. Découvrez ainsi un focus de l'année passée.

Un marché mondial porté par l'Amérique du Nord et un marché européen hétérogène

Pour la première fois depuis 2009, le marché mondial de la plaisance 2013/2014 devrait bénéficier d'une légère croissance, portée par le dynamisme du marché nord-américain, et ce, malgré le recul de certains pays comme le Brésil, la Turquie, la Russie ou la Chine.

En Europe, la situation du marché est assez disparate. Même si les pays Scandinaves et le Royaume-Uni sont sur une voie encourageante, ce n’est pas le cas de l'Italie qui est toujours en difficulté. En Espagne, le secteur commence à frémir.

En France, malgré la résistance des acteurs, c'est une 3ème année de baisse qui est à prévoir. Du côté du neuf, les demandes d'immatriculation sont en recul de 5 à 7 %. Le marché de l'occasion jouit d'une légère hausse de 2 à 3 %. En globalité, les ventes de bateaux neufs et d'occasions devraient être en légère progression. D'autre part, le nombre de permis délivré en 2013 atteint son record depuis 2008 avec 94 000 obtentions.

Des conditions météorologiques qui n'ont pas réduit le taux de pratique

Sur le littoral Atlantique et dans la Manche, la pratique nautique a été relativement soutenue, et ce malgré les conditions météo, moins belles que l'année passée. Du côté de la région méditerranéenne, la saison a été bonne et la navigation stable malgré une météo changeante qui n'a que faiblement impacté le niveau d'activité.

Une activité commerciale contrastée

Au printemps, l'activité a été plutôt bonne, mais ne s'est pas maintenue cet été. Même si la fréquentation des points de vente est importante, le client recherche avant tout des services, au meilleur prix pour réaliser le maximum d'affaires.

Du côté de la location, l'année s'est avérée stable avec une grande concentration de catamarans. Malgré un démarrage difficile cet été, la saison s'est clôturée avec un niveau d'activité supérieure en automne. Du côté de l'Outre-Mer, la saison a été bonne quasiment toute l'année notamment grâce à la clientèle étrangère, venue des pays de l'est.

Le tourisme fluvial tire son épingle du jeu avec un nombre de semaines de location en progression. Se dégage deux tendances, la réservation de dernière minute ou au contraire, largement anticipée.

Au niveau de la Grande Plaisance, la fréquentation des côtes françaises est en net recul, avec une baisse de 30 %, notamment due aux évolutions réglementaires à répétition. Les pays européens voisins sont beaucoup plus attractifs de par leur fiscalité.  

Enfin, du côté des écoles de voile, la fréquentation a été bonne et du côté des sports de glisse, le stand-up paddle s'impose toujours comme la référence du milieu, plus accessible grâce au développement de planches gonflables.

Bilan de l'année du secteur du nautisme

Ce qu'on peut retenir c'est que le nautisme repose de plus en plus sur la saisonnalité et se concentre sur quelques semaines. La pratique se diversifie, la plaisance n'est plus la seule activité, rejointe par la pêche, le jet-ski, le ski nautique, les activités de glisse dont le kite surf et surtout le stand-up paddle qui devient le sport incontournable de la saison. Enfin, les clients sont surtout à la recherche de services, et ce, au meilleur prix et en France, les régions frontalières sont soumises à la rude concurrence des pays européens voisins grâce à leur fiscalité allégée. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...