ClassicBoat.fr
La belle plaisance par Bateaux.com
SE CONNECTER

Les Voiles de Saint-Tropez - vidéo du 4e jour

Pendant une semaine, ce sont des régates des plus beaux bateaux de l'âge d'or du yachting, qui animeront cette 15e édition.

Le port de Saint-Tropez © Gilles Martin-Raget / Voiles de Saint-Tropez 2014
Le

Les Voiles de Saint-Tropez renoue avec la genèse de la Nioulargue et avec l’esprit fondateur du yachting, quand propriétaires et capitaines, pour une poignée de main, un repas ou la beauté du geste, se lancent d’amicaux défis de bateaux à bateaux.

L’organisation des Voiles met ainsi lors de chaque édition le programme des courses entre parenthèse, mouille une ligne de départ, et laisse les concurrents vivre leur régate, leur défi, leur « remake » original de la création de la Nioulargue et des Voiles, en cinglant depuis le Portalet vers Pampelonne et son Club 55. Le golfe apaisé et toujours resplendissant de soleil a ainsi vu se presser nombre de voiliers, de toutes classes et de toutes époques, prêts à s’élancer, dans le sillage des concurrents de la Club 55 Cup, pour des joutes aussi disputées que si la Coupe de l’America en dépendait.

En ouverture des quelques 20 défis répertoriés, la Club 55 Cup voyait s’opposer en cette édition anniversaire des Voiles Altaïr (Fife 1931) à Halloween (Fife 1926), tandis que Moonbeam III (Fife1903) défiaitLelantina (Alden 1937). Au terme de trois heures de régate au contact et sous le soleil, c’est Moonbeam of Fife qui a pris le meilleur sur Lelantina, tandis que Halloween battait Altaïr. Moonbeam et Halloween, sous réserve de l’observation scrupuleuse de la règle obligeant le propriétaire à naviguer à bord, seront donc l’an prochain les deux challengers de la Club 55 Cup. La course des centenaires, Centenary Trophy du Gstaad Yacht Club, réunissait sur un parcours dessiné dans le golfe entre les grandes marques Rabiou et Sèche à l’Huile, 13 voiliers de plus de 100 ans d’âge. Chaque yacht s’élançait à tour de rôle depuis le Portalet, dans le sillage du petit One Design signé Fife Jap (1897), selon un timing déterminé par le « rating » de chaque bateau. C’est le grand cotre aurique Mariquita qui fermait ainsi la marche, en franchissant la ligne de départ 31 minute et 12 secondes après Jap. Le P Class Américain Olympian (Gardner 1913) l’a emporté, devant le 8 m signé Fife (1910) Silhouette et Viola, le cotre aurique Rochelais (Fife 1908).

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO