A quelques heures du départ, rencontre avec les Français de la Volvo

Pascal Bidégorry, Kevin Escoffier, Michel Desjoyeaux, Nicolas Lunven, Anthony Marchand et Charles Caudrelier nous ont fait part de leur état d'esprit.

Pascal Bidégorry Dongfeng Race Team :

« On va avoir du petit temps au départ avec un peu de brise thermique. Ça sera un peu comme aujourd’hui. On approche ensuite un front en mer d’Alboran et derrière, nous aurons au moins 25 nœuds, ça peut monter jusqu’à 28 avant de mollir à l’approche de Gibraltar. Ce n’est pas avec des conditions comme ça qu’on va battre des records de vitesse entre Alicante et Le Cap. En Méditerranée, il faut faire gaffe et ne pas rester coincé dans un endroit sans vent. Après Gibraltar, ça ne peut que partir par devant donc il faut bien naviguer dès le départ. »

 

Kevin Escoffier, Dongfeng Race Team :

« Ca fait plaisir, j’ai hâte d’aller sur l’eau et de me confronter aux autres ! Ca va partir avec des conditions assez légères, 10 à 12 nœuds et on aura un petit front à négocier cette nuit.
C’est un premier passage clé car ceux qui vont toucher le front vont partir par devant, au près, avec 20 – 25 nœuds en mer d’Alboran. On ira virer près des côtes africaines. Après Gilbraltar, on devrait longer les côtes africaines pour passer, au près, entre les Canaries et la terre.
C’est une entrée en matière pas trop violente. On ne va pas battre des records de vitesse jusqu’aux Canaries mais c’est comme ça. Le but du jeu, c’est de rester au contact, ne pas prendre trop de risques. Le but du jeu, c’est de rester au contact, c’est la compétition. On verra ce que ça donne.
Si jamais ce n’est pas fantastique sur la première étape, on aura largement le temps de se rattraper. Si jamais c’est bien, ce sera bon signe. Avec l’équipe que l’on a, on pourra tenir dans la durée. La course est très longue, il ne faut pas tout jouer sur une étape, surtout la première. »


Charles Caudrelier, Dongfeng Race Team :

« La météo n’est pas trop violente pour démarrer, c’est plutôt pas mal. C’est un peu mou, il va y avoir des pièges. Après Gibraltar, les choix ne sont pas clairs. La route est assez directe, on ne perd pas trop de temps dans la Méditerranée mais on ne part pas pour un début d’Atlantique Nord très rapide. »


Anthony Marchand, MAPFRE :

« J’ai eu un peu de mal à trouver le sommeil hier soir mais après j’ai super bien dormi. La pression ne monte pas vraiment encore. On verra quand on sera sur l’eau. Souvent, la procédure de départ tarde un peu et c’est là que la pression arrive. J’ai hâte d’aller sur l’eau. On va s’isoler, se retrouver en mode équipe. J’ai surtout hâte de passer Gibraltar. Parce que ca ne va pas être de tout repos jusque là-bas. Des bateaux, du courant, beaucoup de choses compliquées à gérer, des choses qui flottent dans l’eau …. Cette première partie peut être usante, fatigante. Après, on arrivera plus en mode offshore. Ce sera du plaisir ! »


Nicolas Lunven, MAPFRE :

« J’ai hâte d’être parti. Il y a toujours le stress du départ, être sûr de ne pas avoir oublié quelque chose. Le début de course ne va pas être simple donc j’ai aussi hâte que l’on passe Gibraltar. L’intensité du départ est plus faible en équipage qu’en solo. Tu te reposes plus sur les autres. Le stress est plus diffusé dans l’équipe. C’est très très différent. »


Michel Desjoyeaux, MAPFRE :

« C’est une grande journée. Toute l’équipe est prête et même le bateau, enfin j’espère. Nous avons des supers supporters venus de toute l’Espagne.L’ambiance est fabuleuse, nous profitons de tout ça. Ce sera une longue histoire car ce ne sera pas facile de s’extraire de la Méditerranée. Nous devons être confiants dans l’équipage ainsi que dans le bateau pour prendre les bonnes options.
Si l’on ne sait pas quoi faire, on essaiera de rester avec les autres pour apprendre le plus possible. Nous avons peu navigué les uns contre les autres jusqu’à maintenant. Nous avons beaucoup de choses à apprendre lors de cette première étape. Le but n’est pas de gagner la première étape mais d’arriver devant le second à Göteborg dans neuf mois. Nous devons tout faire pour progresser et nous travaillons dur pour ça. »

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...