Dongfeng Race Team abandonne l'étape vers Itajai

© Yann Riou/Dongfeng Race Team/Volvo Ocean Race

Dongfeng a annoncé qu'il se retirait de l'étape vers Itajai. Ayant démâté il y a quelques jours, l'équipage franco-chinois se retire pour rejoindre le Brésil en convoyage et effectuer les réparations avant le prochain départ, le 19 avril.

Ils souhaitaient plus que tout continuer l'étape les menant jusqu'à Itajai, mais c'est finalement la voie de la raison que les marins de Dongfeng Race Team ont décidé d'écouter. Le chemin jusqu'au Brésil est semé d'embûches : remettre le bateau en état, traverser le canal de Beagle en sens inverse pour repartir de l'endroit où ils étaient arrêtés, enrouler le Cap Horn et terminer la course sous voilure réduite…

Par manque de temps, Charles Caudrelier a donc décidé de se retirer de l'étape. Dorénavant, Dongfeng Race Team n'a qu'une idée en tête, rejoindre le Brésil une semaine avant le départ pour Newport, programmé au 19 avril. Ensuite, il faudra effectuer l'installation et le réglage du nouveau mât, et tout ça en une semaine. Le convoyage du bateau franco-chinois se fera à la voile et au moteur et durera entre 10 et 12 jours. L'équipage devrait donc arriver au Brésil, dans le meilleur cas, autour du 10 avril, laissant 9 jours pour effectuer les réparations.

Crédit : Yann Riou/Dongfeng Race Team/Volvo Ocean Race

Seulement, avant de partir, il va falloir remettre le bateau en état. Et ce n'est pas une mince affaire. Une barre de flèche s'est brisée lors du démâtage et il va falloir trouver tous les matériaux nécessaires pour effectuer les réparations. Or n'oublions pas que l'équipage est coincé sur la petite île d'Ushuaia. Le bateau devrait quitter rapidement le Chili, abritant dans le ballast avant 1500 litres de gazole, nécessaires pour ce long convoyage. Charles Caudrelier s'est senti touché par l'élan de solidarité dont l'équipage a bénéficié dans le port chilien. "Je ne vais pas dire que je suis heureux, mais j'aime ce que l'on est en train de réaliser en ce moment."

"Nous avons décidé de nous retirer de l'étape, car nous voulons être au départ de la prochaine étape et terminer la course. Si l'on veut être prêt, il nous faut quitter Ushuaia dès que possible et aller directement vers Itajaí en utilisant le moteur et la petite voile dont on dispose. C'est une course contre la montre. Nous devons être à Itajaí une semaine avant le départ de l'étape et il nous faut de 10 à 12 jours pour rejoindre le Brésil. Nous courons après le temps. Si nous avions terminé l'étape, nous aurions pris six points et nous en prendrons huit avec cet abandon. C'est une grosse différence pour le classement général. Nous nous concentrons pour être à 100 % de notre potentiel sur la prochaine étape et c'était le meilleur choix à faire. Nous sommes navrés d'être ici, mais c'est depuis aujourd'hui une véritable aventure. C'est aussi ce que l'on cherche quand on va sur la Volvo Ocean Race. Je ne vais pas dire que je suis heureux, mais j'aime ce que l'on est en train de réaliser en ce moment. Ça me rappelle ce qu'il s'est passé avec Groupama il y a 3 ans. Nous avions eu une aventure fantastique sur cette étape et tout s'est bien terminé. Nous pouvons peut-être espérer terminer aussi bien que Groupama !" explique Charles Caudrelier.

Crédit : Roberto Hernandez / Volvo Ocean Race
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...