Marche arrière pour Lagoon ?

Poste de barre, en haut ou en bas ? C'est la question que semble se poser Lagoon. Après avoir instauré la position haute en 2004, il semble revenir en arrière en proposant la position basse en option sur ses prochains modèles. Une nouveauté d'emménagement à découvrir lors des prochains salons de Cannes et La Rochelle.

Lagoon, chantier spécialiste du catamaran, aujourd'hui numéro 1 mondial (après avoir chipé la place à Fountaine Pajot), avait instauré la mode des postes de barre sur le fly. C'était avec le lancement du modèle Lagoon 440 qu'était apparu cet agencement.

L'intérêt principal est de déporter toutes les manœuvres (et tous leurs cordages) sur le rouf pour libérer la zone de "plaisance" dans le cockpit en dessous. En plus, ainsi placé "sur le toit" le barreur à une vue dégagée sur ses étraves et sur le plan de voilure. Que du bonheur ? Sauf pour la prise au vent, le fardage, qui devient très important et aussi pour le plan de voilure qui est obligé de grimper au ciel, hauteur de bôme oblige pour ne pas frapper la tête de l'équipage.

À la sortie de ce modèle en 2004 (les 2 photos ci-dessus ont été rélisées lors des premiers essais), les concurrents n'ont pas manqué d'arguments contre cette position du poste de barre.

Il est amusant de constater aujourd'hui, quelque 10 ans plus tard, que des chantiers comme Fountaine Pajot viennent à cette position de barre en altitude, certes sur leurs gros modèles Ipanema 58 et Victoria 67.

Pendant que, comble d'ironie, Lagoon redescend son poste de barre dans une version intitulée SportTop.

Ainsi les prochains Lagoon 450 et Lagoon 52 pourront bénéficier au choix - la précédente version avec le poste de barre en fly reste au catalogue – d'un poste de barre placé juste derrière le rouf et accessible depuis le cockpit.

Pour justifier ces changements, Lagoon explique commercialement que ces versions Sportop sont destinées aux équipages réduits, qui ont besoin d'un accès rapide au poste de barre. On notera aussi que le chantier annonce dans cette version "un gréement abaissé pour une meilleure stabilité à surface de voile égale." Exactement les reproches que leur faisait la concurrence à l'époque…

Et comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, notons positivement cette évolution de design au chantier Lagoon qui apporte une solution intelligente, avec un sens marin et pour une fois qui n'écoute pas que les sirènes commerciales.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Mgb Halo - 11 Avril 2015
Hâte de voir les photos des premières mises à l'eau avec essais!
Peter Peterh - 26 Avril 2016
Lettre ouverte à Lagoon. Le Marin, le 23 avril 2016. Mesdames, Messieurs, Lors de l?achat de mon 380 Lagoon, il fût évidemment question de garanties. Deux ans pour les moteurs Yanmar. Bien. Et la garantie en ce qui concerne un éventuel problème de structure demandais-je ? Là, " pas de limite dans le temps" m?affirmait avec beaucoup de conviction l?agent Lagoon . « Lorsqu"il s?agit d'un problème de structure, d'un défaut à la fabrication, nous prenons en charge la remise en état, c?est le gage du sérieux Lagoon ». Après quelques années, il n?y a pas que les bateaux qui prennent l?eau chez Lagoon, les paroles de leurs agents également. En réalité la garantie n?est que de trois ans (selon l?avis transmis dernièrement). Lorsque le raidisseur s?est désolidarisé de la coque suite à une navigation par force 7, un agent Lagoon est venu ... dans l?espoir de détecter la trace d?un choc ou d?une infiltration qui expliquerait cette rupture. Il n?a rien trouvé qui permette d?écarter votre responsabilité. L?explication la plus probable reste donc celle avancée par les professionnels de la stratification* « des bulles d?air n?ont pas été chassées de la résine lors de la pose du raidisseur ». On appelle cela un défaut de fabrication et un vice caché. Cela n?empêche pas votre agent d?affirmer dans un mail qu? « il n?y a aucune raison de faire un geste commercial ». Il semble donc qu?il soit acceptable pour l?entreprise qu?un Lagoon de six ans et de catégorie A se brise suite à une navigation par force 7 . Pas rassurant. Par sécurité, à la suite de cet incident, les cloisons ont été déposées afin de vérifier d?éventuels autres problèmes de structure. Voici se que j?ai découvert, derrière le four! Nous voyons ici trace d'un « collage » qui a craqué. Il est vrai que ces chances de tenir étaient faibles puisqu?il manque une dizaine de centimètres pour que les les cloisons se rejoigne. Le responsable du service après vente Lagoon justifiait par mail le refus d?un « geste commerciale» par un « possible manque d?entretien » ! Les traces d?oxyde de fer étant l?élément qui lui permettait d?évoquer se manque d?entretien éventuel. Sachant cela, le second problème de structure sera-t-il justifié par un manque de nettoyage du four ? Question importante; Quel entretien doit-on effectuer afin d?éviter des ruptures de structures de vos catamarans par force 7 ? Merci de répondre à cette question, je me ferai un plaisir de diffuser votre réponse (ou votre absence de réponse) ainsi que ces photos et explications sur les forums de discutions spécifiques à la plaisance et aux sport nautiques. Je me ferai également un devoir de venir en discuter aux prochains salons de la navigation.
Ajouter un commentaire...

LAGOON CNB CONSTRUCTION NAVALE BORDEAUX recrute

Actualités de l'entreprise