Les Solitaires jouent aux montagnes russes de la météo

Adrien Hardy

Les 39 marins de la Solitaire du Figaro doivent faire face aux conditions météo changeantes. Alternance de calme plat et de grands vents ont scindés la flotte en deux, pour deux tactiques différentes.

Depuis 48 heures, les conditions météo sur la Solitaire du Figaro sont à l'image des montagnes russes. Alors qu'hier la flotte devait composer avec une mer d'huile dans le golfe de Gascogne, aujourd'hui ils font face à des rafales de 23 nœuds. Même si ce n'est pas la tempête, les 39 solitaires sont malmenés et penchés, mais ne doivent pas flancher pour continuer leur route vers le cap Finisterre.

Pour l'instant, la flotte est scindée en deux groupes. La tête de flotte, où moins d'un mile séparent les navigateurs et où l'on retrouve Charlie Dalin (Skipper Macif 2015), Yann Eliès (Groupe Queguiner-Leucémie Espoir), Xavier Macaire (Skipper Hérault), Jérémie Beyou (Maître CoQ), ou encore Gildas Morvan (Cercle Vert), qui signe une belle remontée aux avant-postes. Les leaders ont choisi les oscillations du vent et multiplient les virements de bord.

Thierry Chabagny
Yann Eliès

"Il y a 20 nœuds, la mer est dans tous les sens, ce n'est pas très bien rangé et il y a du soleil. Ça bouge pas mal, mais je préfère ces conditions à celles d'hier, au moins c'est franc du collier. On a fait pas mal manœuvres cette nuit, on a joué au jeu de l'ado-refus. J'en ai profité pour bien dormir aussi, car j'ai trouvé les bons réglages de pilote, j'ai dû enchaîner une dizaine de siestes. Je suis bien reposé et ça se déroule bien pour moi : je me suis changé, j'ai pris mon bol de céréales ce matin. Ça va mollir, là pour l'instant ça va rester fort jusqu'à un peu avant le virement de bord. Le routage fait virer à 20 h locales vers le cap Ortegal. Dans la nuit, ça mollira en descendant vers le cap Finisterre et il y aura un mur à traverser, ça ne va pas être facile avec la mer qu'il y a ... ça va être horrible ! L’objectif est d’aller chercher le vent d'est le long de l'Espagne, mais on ne l'aura pas avant demain fin de matinée. Ça va être compliqué à récupérer, la nuit prochaine va être difficile. On a vu plein de dauphins, j'ai même réussi à les filmer ! Ils font des sauts autour du bateau" a expliqué Charlie Dalin, lors de la vacation radio.

Alexis Loison
Jeremie Beyou

Dans l'autre se trouvent les retardataires, qui doivent se démarquer pour avancer. On y trouve, entre autres, Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Gildas Mahé (Qualiconfort-The Beautiful Watch), Nick Cherry (Redshift) et Corentin Horeau (Bretagne – Crédit Mutuel Performance). Eux ont choisi de naviguer plus au large pour avoir un angle plus favorable et prendre de la vitesse en rejoignant les côtes espagnoles.

Sur les prochaines 24 heures, les solitaires vont encore devoir jongler entre des vents légers et instables, avant de profiter du vent nord-est qui les rapprochera de la route directe.

Thierry Chabagny

Crédits photos : Alexis Courcoux

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...