Une étape finale au verdict incertain pour la Volvo Ocean Race

Les sept monotypes de la Volvo Ocean Race se sont élancés de Lorient ce mardi 16 juin à 17 heures en direction de Göteborg. Cette 9e et dernière étape de ce tour du monde consacrera le grand vainqueur, connu à 99 %, mais déterminera surtout la 2e place du classement, plus qu'incertaine.

Après un parcours devant Lorient, accompagnés par une foulé de bateaux spectateurs, les marins ont mis cap à l'est, vers Quiberon. Actuellement en tête, Team Brunel devance MAPFRE de 0,9 mille et c'est le leader du classement général, Abu Dhabi Ocean Racing, qui ferme la marche. Cette étape ne servira pas à déterminer le vainqueur, puisqu'Abu Dhabi Ocean Racing est sur à 99 % de remporter la Volvo Ocean Race. C'est donc la 2e place du classement général qui intrigue. Team Brunel occupe actuellement la place, mais Dongfeng Race Team a seulement de points de retard sur l'équipe de Bouwe Bekking. Tout est encore possible ! Suivent MAPFRE et Team Alvimedica qui peuvent encore bouleverser le classement puisqu'ils ne sont respectivement qu'à deux et quatre points du tableau arrière de Caudrelier et ses hommes. "On sait que l'on ne navigue plus pour la première place, mais quatre bateaux peuvent encore finir 2ème. Ça va être une sacrée bagarre, tous les regards vont être tournés vers ça. On a fait un très beau tour du monde. Donc ce serait difficile de descendre du podium maintenant" a expliqué Charles Caudrelier.

Ce parcours entre la France et la Suède promet d'être rigoureux puisqu'il n'y a pas de 17 zones d'exclusion. Suite au manque d'information de la direction quant au trafic dans les DST, reproché par les équipages, Jack Lloyd a clarifié la situation "Nous avons choisi d'interdire complètement la navigation dans ces DST, mais tout le reste est ouvert. Cela réduit un peu le jeu, mais avec les conditions de vent prévu, ça va seulement rallonger la course de quelques heures. On ne parle pas de jours. Nous n'avons pas interdit les zones où se trouvent des champs d'éoliennes, des plateformes pétrolières et gazières… toutes ces choses-là. Si nous avions fait cela, la course n'aurait plus eu de sens." Les équipages vont devoir slalomer à travers la Manche et la Mer du Nord et sont attendus à La Haye dans la nuit de jeudi à vendredi ou vendredi matin, pour un pit-stop de 24 heures. Ils repartiront des Pays-Bas samedi à partir de 12 h pour le premier, dans l'ordre où ils seront arrivés, avec le même écart de temps au premier. La flotte est attendue à Göteborg à partir de lundi prochain.

"Je suis super contente de partir dans un endroit que je connais bien. Justine et moi, nous connaissons bien la Bretagne. On a beaucoup couru dans cette zone-là. On est contentes d'avoir cette connaissance spécifique du site pour pouvoir passer au mieux, car nous allons avoir du petit temps et beaucoup de courant. C'était super d'être à la maison, en plus on a gagné, mais cette escale a été trop courte. Je n'ai pas eu le temps de profiter de mes amis et de ma famille. Je suis un peu triste de partir si vite, mais c'est la réalité de la course et je vais revenir très vite" a expliqué Sam Davies, le skipper de Team SCA, vainqueur à Lorient.

Crédits : Ainhoa Sanchez / Volvo Ocean Race

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...