Les Solitaires à l'assaut de la dernière étape de la course

© Alexis Courcoux

Les 39 solitaires du Figaro ont pris le départ de la 4e et dernière étape - direction Dieppe - ce dimanche 21 juin. C'est ce dernier parcours qui permettra de déterminer le vainqueur de la Solitaire du Figaro 2015.

La fin de la course touche à son but et tous ont hâte de boucler ces 3 semaines de navigation, que ce soit pour rentrer chez eux ou pour confirmer leur bonne position au classement. Actuellement, c'est Yann Eliès qui mène le général et cette victoire de la Solitaire 2015 lui permettrait de décrocher une troisième victoire sur la course. Il rentrerait ainsi dans le cercle fermé composé de Jeremie Beyou, Jean Le Cam, Michel Desjoyeaux et Philippe Poupon. Pour l'instant, il se classe à la 10e position de l'étape, 1,8 mille derrière le leader de la flotte, Xavier Macaire. Dire si les marins sont regroupés ! Tout est donc encore possible, mais les conditions devraient se dégrader mardi, il est donc important de tout donner sur les premiers jours de course.

Ce matin, les solitaires naviguaient au près bâbord amures en direction de la pointe de l'Angleterre avec en fond des petites averses, une visibilité moyenne, un vent médium et une mer hachée. En première position, on retrouve donc Xavier Macaire, qui pourtant, n'avait pas commencé l'étape de la meilleure des manières. Il avait pris le départ trop tôt et avait été obligé de revenir passer la ligne derrière la flotte.

"Ça se passe plutôt bien, nous sommes bâbord amures, nous sommes au près, ça a pris un peu de vent, j'ai 15 nœuds et là le jour commence à apparaître. Je m'attendais à cela en terme de force sur le départ, on a eu le vent qui était prévu, mais dans la baie cela rentrait un peu plus fort, je n'ai pas fait un super départ, mais j'ai réussi à bien me rattraper. Je suis sous Grand-Voile haute et génois, face à la mer, ce n'est pas facile de régler le bateau pour pouvoir aller vite sur ce bord. La flotte est étalée en latéral, je suis content de ma position, le vent vient de tourner à gauche comme prévu. Il va falloir trouver le meilleur point d'atterrissage pour gérer ce contre bord. On attendait une rotation à gauche, en tribord on avait du vent de nord-nord-ouest et là, on a plus du sud, sud-ouest. Si nous avions longé la côte et si on avait eu une approche par Lizard, nous aurions eu beaucoup de courant contre. Il aurait fallu revirer à Star Point, cela n'aurait pas fait joli bord en tribord, contre le courant. Cela aurait été contre-productif. Je suis content de ma position à l'heure actuelle, affaire à suivre donc !" a expliqué Charlie Dalin, 5e du classement, lors de la vacation radio de ce matin.

Crédit : Alexis Courcoux
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...