La Mini-Transat, un incontournable qui a vu naître les grands noms de la course

La 20e édition de la Mini Transat - Iles de Guadeloupe partira le 19 septembre prochain de Douarnenez pour une traversée de l'Atlantique jusqu'à Pointe-à-Pitre avec une escale à Lanzarote. C'est sur la Mini-Transat que ce sont fait connaître de grands noms de la course.

Un passage obligé pour les marins en quête de reconnaissance

Après la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, la Mini Transat est le deuxième évènement nautique majeur de l'île. Avec des bateaux plus petits que sur les autres régates, elle est ouverte aux skippers en devenir. Ainsi, de nombreux marins ont fait leurs premiers essais en ralliant la Guadeloupe depuis la Bretagne comme Michel Desjoyeaux, Lionel Lemonchois, Ellen Mc Arthur, Thomas Coville ou encore Bernard Stamm. Organisé tous les deux ans, un nouveau départ aura lieu le 19 septembre prochain.

La Mini est, pour beaucoup de marins, un premier passage obligé avant de commencer une carrière de navigateur professionnel. "Passe ta Mini d'abord" est un dicton utilisé sur les pontons. D'autres la tentent, car c'est pour eux un rêve d'enfance, mais aussi une aventure maritime exceptionnelle : naviguer en solitaire pendant près de 4 semaines, en deux étapes.

Pour cette édition spéciale, l'organisation a tenu à maintenir ce qui avait fait le succès de l'édition 2013. Mais des changements ont été apportés. Tout d'abord, le nom de la Mini Transat qui a été complété par la dénomination des "Iles de Guadeloupe". Mais aussi la date de départ de la Transat, qui a été avancée au 19 septembre pour garantir aux marins une traversée du golfe de Gascogne en toute sécurité. Et ce ne seront pas les seuls changements puisque la prochaine édition (2017) verra la jauge profondément modifiée, et ce dès le début de l'année 2016.

Une qualification obligatoire

Ne participe pas à la Mini-Transat qui le veut. En effet, pour être sur la ligne de départ, il faut suivre un cycle de qualification, qui serait selon les on-dit, plus difficiles que le parcours en lui-même. C'est avant tout pour la sécurité des marins que cette règle s'est mise en place, au fil des années.

En 1999, suite à de mauvaises conditions météo, une grande partie de la flotte avait abandonné et nombre de concurrents avaient déclenché leurs balises de détresse. La classe Mini a donc décidé de renforcer les critères de sélection pour que les marins engagés soient capables d'affronter cette traversée de l'Atlantique.

Pour pouvoir participer à la Mini-Transat, il faut justifier de plus de 1000 milles en course, dont une épreuve en solitaire, sur les différentes courses du circuit Mini. Mais aussi d'un parcours de qualification de 1000 milles sans escale.

Deux parcours sont proposés : en Atlantique, les concurrents doivent accomplir une boucle entre l’île de Ré, le plateau de Rochebonne et la bouée Coningbeg au large de l’Irlande. En Méditerranée, ils devront contourner l’île de Gorgone (au large de Gènes), l’île de Porquerolles, passer entre Minorque et Majorque, contourner la Sardaigne, puis l’île de Zannone, non loin du golfe de Naples. Chaque concurrent peut entrer dans une des boucles à partir d’un point de son choix.

Les concurrents qui ont déjà disputé une course de 1000 milles en solitaire sont dispensés d'effectuer à nouveau le parcours de qualification. S'il a pris part à une course dans les trois ans précédents, la seule obligation est de participer à une course d'avant-saison.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Mini Transat

Ian Lipinski remporte la victoire en série de la 1re étape de la Mini-Transat îles de Guadeloupe

Des marins en totale autonomie sur la Mini-Transat Iles de Guadeloupe