Les solitaires de la Mini Transat îles de Guadeloupe mis à mal

Depuis le départ, le 19 septembre dernier, les solitaires de la Mini Transat îles de Guadeloupe sont soumis à rude épreuve. Fatigue, casse, maladie, accidents… Rien ne leur est épargné ! Les leaders longent désormais les côtes portugaises.

La Mini Transat îles de Guadeloupe a commencé le 19 septembre dernier lorsque les 84 concurrents se sont élancés depuis le port de Rosmeur, à Douarnenez, dans le Finistère. Après un parcours en baie, tous se sont élancés vers le large pour rejoindre Lanzarote. Rien à déplorer sur ce départ de course si ce n'est pour l'espagnol, Nacho Postigo, qui s'est échoué sur les cailloux de l'île Tristan alors qu'il était remorqué par un bateau de l'organisation. Bilan de l'accident : voile de quille abimé, bulbe en chou-fleur. Mais puisque sa responsabilité personnelle n'était pas engagée dans l'accident, il devrait être réintégré dans le classement pour les deux étapes, une fois qu'il aura effectué les réparations nécessaires, et repris la mer.

Si les deux premiers jours ont été consacrés au repos et au dialogue entre solitaires, il n'en a pas été de même pour la journée du 21 septembre. La pluie et le vent ont accompagnéles marins, qui ont été obligés de se concentrer sur la bonne marche de leur bateau. Tous ont profité du vent pour faire avancer son voilier, puisqu'il devrait légèrement mollir après le passage du front. Romain Mouchel a fait route vers Lorient après s'être cassé le doigt.

Les jours qui ont suivi ont également vu leur lot de déroute vers des ports alentour. La cause : maladie, problème de gréement…

Hier, du côté des prototypes, Davy Beaudart (Flexirub) continue d'avancer, suivi par Axel Tréhin (Aleph Racing) et Frédéric Denis (Nautipark), qui sont aux coudes à coudes, à plus de 35 milles. Du côté des séries, c'est un trio qui mène la danse. Ian Lipinski (Entreprises Innovantes), Benoît Hantzperg (YCA Dhumeaux Secours Populaire) et Tanguy Le Turquais (Terréal) sont en première ligne.

Désormais, les leaders se rapprochent des côtes portugaises et on compte toujours un certain nombre de casses : deux dématâges (Gilles Avril et Andrea Pendibene) et plusieurs concurrents contraints d'abandonner comme Carlos Lizancos de se dérouter vers la terre pour des réparations. Il y a d'ailleurs un règlement concernant ces arrêts : toute escale doit impérativement durer au moins 12 heures et le temps cumulé des escales ne doit pas durer plus de 72 heures.

Ce 24 septembre, trois nouveaux concurrents ont décidé de faire escale dans des ports de la côte portugaise. Les arrêts techniques continuent de se multiplier. Benoît Hantzperg (YCA Dhumeaux Secours Populaire s’est arrêté à Cascais à l’embouchure du Tage, pour réparer son système de barre. Jonas Gerckens (Netwerk) s’est arrêté quant à lui au port de Peniche, une cinquantaine de milles au nord de Lisbonne. Enfin, Fidel Turienzo (Satanas) se dirige sous gréement de fortune vers le port de Sagres après avoir démâté.

Ian Lipinski (Entreprises Innovantes) continue de mener la danse, mais il est désormais suivi par Julien Pulvé (Novintiss). Parmi les 10 du groupe de tête, seuls deux ne sont pas des habitués du circuit Mini depuis deux ans : Charlie Fernbach (Hénaff le Fauffiffon), quatrième et Edwin Thibon (Cœur Fidèle). Sinon, tous ont participé à de nombreuses courses, engrangeant les milles nécessaires – même plus – afin de montrer leurs capacités.

En prototype, David Beaudart garde sa place de leader, sans commettre d'erreurs. Axel Tréhin (Aleph Racing) et Frédéric Denis (Nautipark) sont toujours derrière lui, mais Ludovic Méchin (Microvitae)  a pris un peu de retard, après avoir éclaté son spinnaker hier soir dans une manœuvre.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Mini Transat

Une nouvelle escale sur la Mini-Transat Iles de Guadeloupe

Premier vainqueur en proto, à Lanzarote sur la Transat 6.50 des iles de Guadeloupe