Naoned développe les premières montures à base d'algues

La collection Dôn, des montures à base d'algues

Naoned est une société nantaise, dirigée par l'opticien Jean-Philippe Douis, qui a développé en exclusivité mondiale une monture de lunettes conçues à base d'algues brunes.

Naoned, la marque de lunettes du Grand Ouest français, qui signifie "Nantes" en Breton, vient de présenter une petite révolution. Dôn, qui signifie les déesses de la mer, sont des montures créées à base d'algues brunes. Présentées au Salon International de la Lunetterie et de l'Optique, qui s'est tenu fin septembre à Paris, elles ont fait sensation.

Tout a commencé il y a un an lorsque Jean-Philippe Douis, opticien designer, cherche à concevoir des lunettes plus écologiques. En effet, plus de 80 % des montures que l'on trouve sur le marché sont composées d'acétate de cellulose (plastique à base de pétrole et de coton).

Avec ses collaborateurs bretons, il cherche alors une solution locale pour dessiner sa collection. Et c'est avec Algopack, une société bretonne, spécialisée dans la "chimie bleue" qu'il s'est associée. Cette dernière produit une alternative au plastique, en proposant une matière rigide fabriquée à base de déchets industriels d'algues brunes.

Modèle Molenez, de la collecton Dôn

Récoltée dans un rayon de 250 km en Bretagne, l'algue est un matériau naturellement vertueux : inépuisable, rapidement renouvelable, compostable, sa culture ne nécessite aucun traitement chimique et ne réclame aucun apport en eau. Le procédé de fabrication est lui-même peu énergivore.

Nait alors une collection éco-responsable, qui contribue à réduire la pollution plastique, en mer comme sur terre. Dôn propose quatre modèles aux noms d'îles bretonnes, qui rendent hommage à la mer, d'où elles viennent. Molenez, Enez sun, Litiri et Banneg seront des montures brutes et mates, qui mettent en valeur la beauté naturelle de l'algue, associées à des branches en métal doré pour apporter une touche d'élégance.

Pour porter sur son nez ses lunettes en algues, qui représenteront à terme 30 % de la collection, il faudra attendre encore un peu, puisqu'elles commenceront à être vendues en janvier. Il faudra compter entre 240 et 260 €.

Plus d'articles sur les chaînes :

Loire-Atlantique
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...