Ultimes, le retour des géants sur la Transat Jacques Vabre 2015

Le trimaran Macif © Vincent Curutchet DPPI MACIFh. Martinez/ Sea&Co

Cette 12e édition de la Transat Jacques Vabre 2015 sera l'occasion de retrouver des multicoques géants sur le parcours de la Route du Café. Alors que cette année les MOD70 sont absents, on retrouvera 4 Ultimes sur la ligne de départ, aux mains de skippers possédant un palmarès impressionnant.

Histoire de l'arrivée des géants sur les courses au large

En 1976, le monocoque géant de 72 mètres, Club Méditerranée, d'Alain Colas participe à l'OSTAR. À l'issue de cette édition, les organisateurs décident alors de limiter la longueur des bateaux participants à 17 mètres.

En 1978, Michel Etevenon crée la Route du Rhum, une course ouverte à toutes les tailles et sortes de bateaux. En 1982, Eugène Riguidel est le premier skipper à s'élancer en solitaire sur un maxi-trimaran de 27,10 mètres.

À l'issue de la première Transat Québec Saint-Malo en 1984, les armateurs fixent une limite à 22,80 m qui perdurera jusqu'en 1990. Résultat, plus aucun multicoque n'est construit pour participer à des courses.

Sodebo - crédit : Y.Zedda/ Sodebo

Mais avec la création du Trophée Jules Verne, en 1993, de nouveaux multicoques voient le jour comme Geronimo, Orange I, Orange II, Groupama 3 ou encore Banque Populaire V. Et en 2010, lorsque la Route du Rhum retrouve son esprit d'origine, avec la suppression des contraintes de taille, Franck Cammas crée la surprise en s'élançant sur un trimaran de 31,50 mètres, et remporte la course. Cette course et la victoire qui va avec signe le grand retour des géants des mers, qui s'adaptent à la navigation en solitaire, comme en équipage.

En 2013, la Transat Jacques Vabre avait accueilli les trimarans monotypes MOD70. C'est donc en toute logique qu'elle s'ouvre en 2015 aux Ultimes. Ces géants sont plutôt bien armés pour battre des records. Le MOD70 de Sébastien Josse et Charles Caudrelier avait bouclé les 5400 miles de parcours entre Le Havre et Itajai, en 11 jours et 5 heures.

Prince de Bretagne - crédit : Marcel Mochet

La Classe des Ultimes

C'est donc en 2010, à l'occasion de la Route du Rhum qu'est née la classe des Ultimes. Ce sont des trimarans de course géants, bateaux les plus puissants et les plus rapides de la course au large. Leur taille impressionnante demande expérience, concentration, anticipation et savoir-faire.

Les Ultimes, facilement capables d'atteindre des vitesses de 30 nœuds, sont différents de par leur taille et leur philosophie (puissance/légèreté/confort/robustesse), pour s'adapter au programme de navigation pour lesquels ils ont été construits.

Pour l'instant, Spindrit 2 est le plus grand trimaran construit pour la course au large avec une longueur de 131 pieds (40 mètres) et une tête de mât culminant à 40 mètres. Il a été conçu pour battre des records en équipage.

Macif - crédit : Vincent Curutchet DPPI MACIF

Mais dans la classe des Ultimes on trouve aussi le Sodebo (31 m) de Thomas Coville, le tout nouveau Macif de François Gabart (30 m), le trimaran Idec Sport (31,50 m - ancien Banque Populaire VII avec lequel Loïck Peyron a gagné la Route du Rhum 2014), de Francis Joyon, le Prince de Bretagne (23,3 m) de Lionel Lemonchois, Actual (31 m) d'Yves le Blevec…

Les équipages en course sur la Transat Jacques Vabre 2015

Mais après tout, rien n'est joué non plus. En effet, les quatre multicoques de la classe Ultime sont tous différents, en taille, en âge ou encore en conception. Le plus récent, Macif, le tout nouveau trimaran de François Gabart est un Ultime de dernière génération, conçu par VPLP. Il sera sans aucun doute le plus puissant de sa catégorie et promet de belles performances. Mais il est aussi encore en phase de test puisqu'il a été mis à l'eau en aout dernier. Pour arriver à maîtriser ce géant, François Gabart, l'un des skippers les plus talentueux de sa génération, pourra compter sur Pascal Bidégorry, qui s'est illustré sur la Volvo Océan Race 2014/2015, dans l'équipe franco-chinoise de Dongfeng Race Team.

Actual - crédit : h. Martinez/ Sea&Co

Il faudra aussi compter Sodebo, de Thomas Coville, (l'ancien trimaran d'Olivier de Kersauson) qui avait dû abandonner la Route du Rhum 2014, suite à une collision, survenue la première nuit de course. Depuis, le trimaran est passé en chantier pour être encore optimisé. Le skipper du trimaran pourra compter sur le soutien de Jean-Luc Nélias, qui lui aussi s'est illustré sur la Volvo Ocean Race, avec Dongfeng Race, aux côtés de Bidégorry.

Enfin, Actual, un plan Irens-Cabaret, aux mains d'Yves Le Blévec a lui aussi été réarmé sur le chantier Multiplast et remis à l'eau fin septembre. Quant à Prince de Bretagne, de Lionel Lemonchois, il affiche déjà 8 ans au compteur et est moins performant que ses concurrents, mais rappelons qu'il a décroché une belle 4e place sur la Route du Rhum 2014.

Caractéristiques techniques

Longueur comprise entre 21,33 m (70 pieds) et 32 m (105 pieds)
Largeur maximum 23 m
Tirant d'eau Libre
Tirant d'air  120 % de la longueur de la coque
Garde à la mer 1,70 m
Surface de voile au près et au portant Libre

Il n'y a pas de contraintes technologiques, pas de tirant d'eau maximum, pas de limites d'appendices...

Plus d'articles sur les chaînes :

Loire-Atlantique
Réagir à cet article :
Francis Jacquinot - 28 Octobre 2015
Bon vents & Bon Courage François Gabart
Ajouter un commentaire...
Transat Jacques Vabre
Toute l'actualité Transat Jacques Vabre

Publié sur Yacht-Club.com

Chaises musicales
Plusieurs pénalités pourraient modifier le classement des IMOCA actuellement amarrés à Salvador de Bahia. Bureau Vallée qui a été... - Lire la suite

Salve d’arrivées à Salvador de Bahia. La marina de Salvador de Bahia commence à bien se remplir avec trois Multi50 et treize IMOCA amarrés depuis ce matin... - Lire la suite

Initiatives-Cœur en 7e position (IMOCA) de la Transat Jacques Vabre. Après 14 jours de course et au terme d’une dernière bataille pour tenter de rattraper... - Lire la suite