La SNSM présente son nouveau Canot Tout Temps (CTT)


Le Canot Tout Temps est le vaisseau amiral de la SNSM. Devant le vieillissement de la flotte et grâce au généreux legs d'une donatrice, l'association des Sauveteurs en Mer a développé un prototype de CTT. 3 unités sont d'ores et déjà prévues, dont la première viendra remplacer le CTT de l'île de Sein.

Le Canot Tout Temps, le vaisseau amiral de la SNSM

Le Canot Tout Temps (CTT) de la SNSM est un bateau emblématique de l'association des Sauveteurs en Mer. Il est capable de sortir en mer pour des opérations de sauvetage, par n'importe quelles conditions météo, comme son nom l'indique. Il est également insubmersible, autoredressable, rapide, stable et manœuvrable.

Devant le vieillissement de la flotte, l'association a travaillé sur un nouveau bateau qui réponde au mieux à l'évolution du sauvetage en mer et à son contexte actuel. Est né un prototype du Canot Tout Temps NG beaucoup plus performant, grâce aux progrès technologiques des dernières années et plus respectueux de l'environnement. Ce nouveau bateau s'inscrit dans la démarche de modernisation de la flotte des sauveteurs en mer, enclenché il y a quelques années.

Un nouveau CTT NG, beaucoup plus moderne et technologique

La SNSM a lancé un appel d'offres pour concevoir ce nouveau bateau, décroché par le cabinet Pantocarène, installé à Port Navalo (Morbihan). Ce spécialiste européen de la vedette de sauvetage rapide avait déjà conçu le prototype de la vedette SNSM de 1re classe (V1NG). Le CTT se reconnaîtra donc par son rostre, marque de fabrique de l'architecte Didier Marchand, à la tête du cabinet.

La construction a été confiée à Sibiril Technologies, située à Carantec, dans le Finistère. C'est grâce à son expérience dans la construction de bateaux de servitude (vedettes SNSM, pilotines de port…) que le chantier a été choisi.

Xavier de la Gorce devant le CTT - crédit :  Joseph Moysan SNSM Roscoff

Ce nouveau Canot Tout Temps mesure 17,80 m pour une largeur de 5,20 m. Adapté au sauvetage au large, il navigue par toutes les conditions, même dans les mers les plus difficiles. Il possède une longue autonomie. Beaucoup plus vaste, il peut accueillir plus de naufragés que l'ancien modèle – jusqu'à 70 personnes, dont 15 places assises et 2 civières contre 40 personnes, 6 places assises et une civière pour l'ancien modèle – et faciliter les opérations de sauvetage.

Il est équipé d'une propulsion aux normes environnementales de l'OMI et possède des équipements technologiques innovants, pour la recherche d'embarcation et de recueil de passagers. Il sera capable d'atteindre la vitesse de 25 nœuds, contre 20 nœuds pour le modèle précédent. C'est également la première fois qu'une embarcation de la SNSM possède un espace aménagé, réservé aux soins qui pourront être prodigués à bord pour les malades ou les blessés.

Caractéristiques techniques

  Nouveau CTT Ancien CTT
Longueur 17,80 mètres hors tout de 14,8 à 17,6m
Largeur 5,20 m de 4,22 à 4,4m
Electricité Equipé en 220 V 24 V
Tirant d'eau 1,62 m 1,30 m
Matériau VR (Composite Verre Résine) CVR
Moteurs (normes écologiques les plus strictes) 2 moteurs de 650cv 2 x 380cv
Vitesse à pleine charge 25 nœuds 20 noeuds
Déplacement 28 tonnes à pleine charge 18 à 23,5 tonnes
Equipage embarqué 8 8
Accueil des naufragés Jusqu'à 70 personnes dont 15 places assises et 2 civières 40 personnes, 6 places assises et une civière

Ce prototype viendra remplacer le CTT "Ville de Paris" de l'île de Sein, mis à l'eau en 1980 et ayant effectué depuis un long service. C'est le don d'une donatrice qui a permis la conception de ce nouveau bateau. Il fait partie d'un programme de 3 unités : le canot des Sables d'Olonne, commandé en décembre 2015 et construit en 2016 puis celui de Sète en 2017.

"Le CTT NG, de par son format, ses technologies embarquées, sa capacité d'emport, sa puissance, devient le nouveau navire emblématique de la SNSM mais c'est un produit très haut de gamme et coûteux qui n'a pas vocation à remplacer systématiquement tous les CTT actuels de la SNSM" a expliqué Xavier de la Gorce, président national de la SNSM.

Un test de retournement positif

Ce vendredi 13 novembre était organisé le test de retournement du prototype du CTT NG, dans le port de pêche de Roscoff. L'opération a été un vrai succès. Le bateau a été retourné volontairement, timonerie dans l'eau, grâce à une grue. À peine retourné, il s'est relevé pour se remettre à l'endroit, après avoir effectué un tour sur lui-même. Afin de ne pas abîmer certains équipements secondaires, ceux-ci n'avaient pas été montés à bord.

Test de retournement -  crédit : Joseph Moysan SNSM Roscoff

"Cette opération de qualification atteste des garanties réelles de sécurité offertes, en "tous temps" par ce navire aussi bien pour les sauveteurs que pour les personnes secourues en cas de retournement accidentel dans une mer déchainée" confie Christian Hélou, le directeur technique de la SNSM.

Le bateau est retourné au chantier finistérien pour les finitions et devrait être terminé début décembre. Il commencera ensuite une période d'essais.

Le premier CTT date de 1950 et mesurait 14,20 m de long. La flotte opérationnelle de la SNSM compte aujourd'hui 40 CTT en service. En 2014, ils ont réalisé 749 interventions de sauvetage.

Un nouveau bateau de sauvetage du futur

Devant les coûts importants de production du CTT NG, ce dernier ne pourra pas remplacer tous les CTT vieillissants. Or, un nouveau bateau de sauvetage du futur va en effet être prochainement mis à l'étude, au terme de plusieurs mois de réflexion. Il pourrait donc remplacer un certain nombre de CTT actuellement en service. 11 d'entre eux arriveront en fin de vie dans les 5 à 7 ans à venir sur les 40 que compte la SNSM.

Caractéristiques techniques

 Longueur hors tout  11,40 m
Largeur hors tout 3,80 m
Coque aluminium
Propulsion 2 x 300 chevaux en Z drive
Vitesse 25 noeuds
Tirant d'eau Inférieur à 1 m
Equipage 4 sauveteurs

Ce nouveau prototype de vedette de sauvetage est destiné à la station de Gravelines-59 et devrait être mis à l’eau en 2016. Il est actuellement en construction sur le site d'Étaples (62) de la Socarenam et a été conçu par l'architecte naval Pierre Delion. Une éventuelle production en série ne sera envisagée qu'après les résultats des essais à la mer début 2016.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Etienne Didier - 29 Novembre 2015
Ca fait rêver - le budget beaucoup moins!
John Tynan - 25 Avril 2016
Le canot coûte à peu près le tiers du prix des canots équivalents britanniques de la RNLI.
Ajouter un commentaire...