Race for Water présente des solutions pour lutter contre la pollution plastique

Race for Water à Paris pour la COP 21 © Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf

La Fondation Race for Water - organisation dédiée à la préservation de l'eau, aujourd'hui fortement menacée par la pollution plastique - était présente à Paris dans le cadre de la COP21. L'occasion de présenter des actions pour lutter contre cette dernière.

Avec leur nouvel ambassadeur "Race for Water", le plus grand bateau solaire au monde (anciennement Planet Solar), elle a présenté son programme pour lutter contre la pollution plastique des océans.

Arrivé à Paris le 25 novembre dernier avec son navire-ambassadeur, la fondation Race for Water a organisé et participé à de nombreux évènements, dans le cadre de la COP21. Les conférences organisées ont permis de présenter des solutions et d'appuyer sur l'urgence d'agir pour les océans. Opération plutôt satisfaisante.

Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf

En sus, l'exposition à bord de Race for Water s'intitulait "Pollution plastique de l'eau : de l'impact aux solutions." Elle présentait, entre autres, son programme de solutions et de projet pilote pour l'année 2016.

La fondation a trouvé une approche innovante pour empêcher l'entrée des déchets dans les voies d'eau en les transformant en amont en électricité. Plusieurs métropoles côtières sont d'ores et déjà intéressées pour mettre en place cette technique dès 2016.

Le navire solaire servira de plateforme polyvalente, comme le précise Marco Simeoni "Le Race for Water est un outil extraordinaire pour attirer l'attention du public et des médias sur notre cause et notre message. C'est un navire polyvalent qui permet à la fondation de présenter des solutions innovantes de valorisation des plastiques en fin de vie, mais aussi de sensibiliser et d'accueillir des scientifiques pour des études sur la pollution plastique en milieu marin. Il s'agit donc d'une plateforme scientifique et de communication exceptionnelle pour la fondation, une occasion unique de mettre la cause encore plus en lumière."

Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf

Race for Water a également présenté le "Collector", un bateau prototype qui collecte des macrodéchets dans les baies, les lacs et les rivières, développées par la société MOD S.A et le chantier naval Industrie Lorientaise (Nil). Il a une capacité de nettoyage 5000 m2 à l'heure avec un rendement de 500 kg/h. Les déchets sont absorbés par l'avant du navire et sont remontés sur le pont grâce à un tapis convoyeur avant d'être stockés dans des conteneurs. Transportable et polyvalent, le Collector peut correspond au programme de différentes collectivités et entreprises de nettoyage, quel que soit le plan d'eau.

Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf

Étudier la pollution plastique des océans

En 2015, la fondation a lancé l'expédition Race for Water Odyssey avec un constat clair : la pollution plastique est présente partout dans l'océan, mais un nettoyage à grande échelle est irréaliste. Il est donc important de traiter les déchets plastiques avant qu'ils n'atteignent l'eau.

Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf
Crédit : Race for Water 2015 / Peter Charaf

À bord du trimaran Mod 70 "Race for Water", les membres de la fondation ont parcouru 32 000 milles navigant dans les océans pacifiques et atlantiques pour étudier les plages iliennes proches des gyres de plastiques. Expédition écourtée en raison d'un chavirage en septembre dernier. (Stève Ravussin chavire à bord de son Mod 70 et reste plus de 30 heures enfermé à bord)

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Race For Water

Stève Ravussin détaille le naufrage et le sauvetage du Mod 70 Race for the Water

Stève Ravussin chavire à bord de son Mod 70 et reste plus de 30 heures enfermé à bord