Incroyable rencontre entre Idec Sport et Spindrift 2


Idec Sport, mené par Francis Joyon et Spindrift 2, mené par Yann Guichard, se sont lancés sur le Trophée Jules Verne, le même jour, à quelques heures d'intervalles. Et hier soir, ils se sont retrouvés au même endroit…

Après 24 jours de course, les deux trimarans sont désormais dans le Pacifique Sud. Et c'est une chose incroyable qui s'est passée hier soir. Partis tous deux de Brest le 22 novembre dernier, avec deux heures d'intervalles, ils jouent désormais au chat et à la souris. Plus qu'un Record, c'est une véritable course qui se joue entre les deux équipages.

Or hier, après 15 000 milles de navigation depuis leur départ, ils se sont retrouvés bord à bord au milieu de nulle part. "Nous étions en début de nuit (ce matin heure française NDLR) à 0,5 mille de Spindrift 2" s'est amusé Francis Joyon. "On ne s'attendait pas à régater d'aussi près après 24 jours de course."

Pourtant, depuis plusieurs jours les deux bateaux ont les mêmes conclusions quant à la meilleure façon d'appréhender l'océan Pacifique. Du coup, ils ont les quasiment les mêmes trajectoires avec des empannages déclenchés à quelques minutes d'intervalle. "Notre référence, c'est Banque Populaire V mais on compare avec intérêt nos routes et notre vitesse avec Spindrift 2, anciennement Banque Populaire V" affirme Bernard Stamm.

Idec Sport plus court de près de 9 mètres, moins toilé, armé de seulement 6 hommes d'équipage joue à armes égales avec son partenaire de route. "Dans du vent soutenu, plus de 25 nœuds, nous sommes même un peu plus rapides" s'accordent à penser l'équipage. "En revanche, "il" descend mieux dans le vent. C'est ainsi qu'il nous a distancés lors du contournement de l'anticyclone de Sainte Hélène. Nous avions dû empanner, et les avions laissé s'échapper sur un seul bord, en route plus directe que nous."

À bord de Spindrift 2, ils sont surpris de se retrouver à ce même endroit, mais aussi contents de trouver un concurrent réel, qui est d'habitude virtuel sur ce genre de record. C'est une situation inédite dans l'histoire du Trophée Jules Verne qui apporte un intérêt supplémentaire au défi. "Les bateaux sont proches en performance, et les options météorologiques possibles pour le cap Horn ne sont pas nombreuses. Il n’est pas impossible que nos routes se croisent de nouveau dans les jours prochains" a expliqué Yann Guichard

Quelques rappels

Idec Sport et Spindrift 2 sont partis le 22 novembre dernier (le même jour que Banque Populaire V en 2012) à la conquête du Trophée Jules Verne, avec deux heures de décalage. Le trimaran rouge est parti vers 2 heures du matin et le trimaran noir vers 4 heures.

Depuis ils ont déjà parcouru 15 000 milles avec dans leur viseur le cap Horn, qui signera ensuite leur retour en France. Et même si leurs routes sont sensiblement similaires, et que plusieurs centaines de milles peuvent les séparer, la donne change tous les jours.

 

2011 / 2012

Loïck Peyron

Banque Populaire V

2015 / 2016

Francis Joyon

Idec Sport

2015 / 2016

Yann Guichard

Spindrift 2

Equateur  5j 14h 55m 10s  4j 21h 29m 2s 5j 1h 1m 30s
Cap Bonne Espérance  11j 21h 48m 18s 11j 22h 4m 2s 13j 5h 11m 38s
Cap des Aiguilles  11j 23h 49m 18s  12j 2m 2s  13j 9h 14m 38s
Cap Leeuwin  17j 23h 57m 18s  18j 11h 25m 2s  18j 20h 37m 38s
Tasmanie  20j 7h 11m 33s  20j 4h 37m 2s  20j 8h 18m 38s
Anté-méridien  22j 11h 34m 12s  22j 7h  43m 2s 22j 9h 48m 38s
Cap Horn  30j 22h 18m 48s    
Equateur  38j 2h 45m 48s    
Ouessant  45j 13h 42m 53s    
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Navigateurs
Trophée Jules-Verne
A lire aussi sur Bateaux.com