Récit de 12 années en bateau autour du monde

Dans "Le silence des Albatros" Eric Beauvilain raconte avec poésie ses pérégrinations à la voile pendant 12 années passées à bourlinguer. Un récit autobiographique qui se déguste sans modération.

Et si l'aventure était au bout de l'étrave ? Eric Beauvilain dans son récit de plus de 10 ans de pérégrinations en mer (1986 – 1998), nous montre qu'avec un peu de volonté, une bonne dose de chance, une compétence de bricoleur bidouilleur et beaucoup d'amour pour la mer, l'aventure est à la portée de tous.

Pour Eric, le virus de la mer à commencer très jeune avec un film visionné à 8 ans racontant l'histoire d'une famille de navigateurs. Dès lors, il n'a de cesse de partir. A 24 ans, il largue les amarres sur l'Albatros, un voilier en acier de 11 m qu'il a construit lui-même (sauf la coque).

Sa route n'est pas linéaire. Il ne fera pas le tour du monde. La route se compose d'aller et venue en fonction des rencontres et des escales imposées par le cœur ou les besoins financiers. Mais cette longue route va lui faire visiter les océans Atlantique et Pacifique, de France à la Polynésie en passant par le Cap Horn.

Le récit chronologique nous décrit les errances du navigateur, souvent solitaire, découvrant les escales qui le ramènent… chaque fois en mer. "Beaucoup de navigateurs voyagent pour les escales, moi je navigue pour la mer." Il est heureux en mer Eric. Et il décrit ce plaisir avec beaucoup de poésie. Car les journées de mer sont nombreuses sur l'Albatros. Avec 10 tonnes pour un voilier de 10 m, et la volonté de préserver le matériel ("ne pas tirer sur la mule" comme il le dit), l'Albatros n'affiche pas des moyennes de coursier des mers.

Mais si le navigateur est heureux en mer, les rencontres qu'il nous compte au grès des escales sont autant de portraits dressés avec tact et finesse. Car s'il aime la mer, quitter certaines escales lui confère une petite mélancolie : "Toutes les baies sont les plus belles du monde quand on y est heureux."

Le récit s'avale sans avoir envie de lâcher le livre. Chaque étape est une nouvelle découverte pour le lecteur. Et si l'histoire s'achève en 1998 pour n'être éditée qu'en 2016, c'est que la gestation éditoriale a été longue. Sans doute que les nouvelles envies de larguer les amarres qui fourmillent dans la tête de l'auteur n'y sont pas pour rien dans cette publication ?

Le silence des albatros

Eric Beauvilain
Edition Mon Petit Editeur
14 x 21 cm
278 pages
22,95 €
11,47 € en PDF sur le site de "mon petit éditeur"

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...