Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

Gilet de sauvetage avec capuche pour les équipiers des courses ISAF

Pour les courses ISAF, la réglementation évolue pour la saison 2016 et demande notamment aux équipiers de posséder une capuche protège-tête sur leur gilet de sauvetage. Pensez-y avant de prendre le départ !

Gilet de sauvetage SECUMAR Survival 220 avec sa capuche
Le

La réglementation concernant les courses offshores a changé, les fameuses courses ISAF. Parmi les changements appliqués depuis le 1er janvier 2016, cette réglementation demande notamment d'équiper son gilet de sauvetage d'une capuche de protection du visage dès lors que la course se déroule en pleine mer ("dont la majorité du parcours est relativement protégé ou proche des côtes").

En effet, si le gilet de sauvetage est obligatoire pour toutes les courses ISAF, gilet intégrant notamment un harnais et une sous-cutale, dès que l'on dépasse la catégorie 3, une capuche doit être ajoutée.

Or cette catégorie 3 – et les catégories supérieures - concerne quasiment toutes les courses à part les régates en baie. Ainsi prochainement, les courses concernées (entre autres) sont :

  • Armen Race
  • Transquadra
  • Giraglia Rolex Cup

Si vous êtes équipier sur l'une de ces courses, il est temps de penser à vus équiper. Bien entendu, il est possible d'armer son gilet avec une capuche additionnelle comme celle proposée par Uship (59,00 €). Mais on peut aussi faire le choix de s'équiper d'un gilet qui possède directement cet accessoire en série ou en option. C'est d'autant mieux que le volume de la capuche est prévu d'origine dans la housse de rangement du gilet. En effet, cette house est volontairement ajustée au gilet pour limiter l'encombrement. Il n'y a pas souvent la place d'y ajouter des accessoires non prévus. Vous trouverez par exemple le gilet SECUMAR Survival 220 (celui présenté en photo) qui est équipé d'une telle capuche.

Rappelons que cette capuche permet de protéger des embruns et de diminuer les déperditions thermiques au niveau de la tête. Avec la tête au ras de l'eau, les embruns boostés par le vent fort sont souvent transformés en brouillard avec des gouttelettes fines qui gênent la respiration. La capuche protège les voies respiratoires et permet au naufragé de regarder face au vent.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO