Pas question de jouer la gagne pour les IMOCA d'ancienne génération

La Fabrique, Imoca d'Alan Roura © Breschi / #unvendeepourlasuisse

Parmi les 29 IMOCA engagés sur le Vendée Globe, ils seront 4 bateaux conçus pour le Vendée Globe 2000-2001 à prendre le départ du Vendée Globe 2016. Construits entre 1997 et 1999, tous ont déjà plusieurs tours du monde à leur actif. L'objectif de leur skipper ? Boucler le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance et non pas le gagner !

Famille Mary – Etamine du Lys, Romain Attanasio

Le bateau a été construit en 1997 par le chantier MAG France, d'après les plans de Marc Lombard. Ayant eu 5 noms différents (Whirlpool, Tiscali, Proform, Le Pingouin, Initiatives-Cœur), il est plus connu pour avoir été l'Initiatives-Cœur de Tanguy de Lamotte sur le dernier Vendée globe. Il a participé à trois éditions du Vendée Globe, entre les mains de Catherine Chabaud (2000-2001), Marc Thiercelin (2004-2005) puis Tanguy de Lamotte (2012-2013), mais n'a terminé que la dernière, à la 10e place.

Même s'il reste trop daté pour figurer au rang des voiliers candidats à la victoire, il n'en reste pas moins fiable et performant pour son âge. D'ailleurs, l'objectif de son skipper est de réussir à boucler son premier Vendée Globe, tout en se bagarrant avec les Imoca de même génération que le sien.

TechnoFirst – faceOcean, Sébastien DESTREMAU

Il a été lancé en 1998 au chantier JMV Industrie, sur les plans du Groupe Finot. Depuis, il a participé à quatre courses autour du monde, dont deux Vendée Globe entre les mains des Britanniques Josh Hall (9e en 2000-2001) puis Steve White (8e en 2008-2009). À bord de faceOcean, il y a une quille fixe, pas de chariot de génois, pas de dérive, pas de safran relevable. Bien construit, ce plan Finot se révèle bien moins complexe à mener que les IMOCA60 actuels. Il correspond ainsi parfaitement au projet de Sébastien Destremau : terminer la course sans être assailli par les soucis techniques.

One Planet One Ocean, Didac COSTA

L'Imoca a été conçu en 1999 par le chantier Marten Yachts en Nouvelle-Zélande, d'après les plans de l'architecte Owen-Clarke Design. Il participe à sa première course en solitaire autour du monde (sous le nom de Kingfisher) entre les mains d'Ellen MacArthur, qui prend la 2e place du podium. Il remporte également la Route du Rhum 2002. Il a subi un refit complet en 2010 pour intégrer les dernières innovations de la classe IMOCA. Il a récemment participé à la Barcelona World Race (2014) duquel il a terminé 4e, entre les mains de son skipper, Didac Costa. Ce dernier maitrise donc sa monture sur le bout des doigts.

La Fabrique, Alan ROURA

Le monocoque a été dessiné en 1999 par Pierre Roland et construit par le célèbre navigateur Bernard Stamm, au fond de son jardin, à Lesconil (Finistère), qui l'a appelé Superbigou. À son bord, Stamm a pris le départ du Vendée Globe 2000-2001 avant d'abandonner quelques jours plus tard. Toujours à bord de son bateau, Bernard Stamm s'est ensuite offert le record de la traversée de l'Atlantique en monocoque (2002) deux tours du monde - Around Alone, le tour du monde en solitaire avec escales (2002/2003) et la Velux 5 Oceans (2006/2007). Racheté en 2010 par l'équipe espagnole We Are Water, il été entièrement remis à neuf pour la Barcelona World Race 2010.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Les Imocas du Vendée Globe

Vendée Globe 2016 : tous les voiliers IMOCA ont-ils les mêmes chances ?

Le match dans la course pour 14 IMOCA engagés sur le Vendée Globe 2016