Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

Quand un concurrent de la Mini-Transat se prend pour Alex Thomson

Stanislas Thuret est Assistant-Réalisateur sur des longs-métrages, mais son rêve ultime reste de participer à la Mini-Transat 2017. Pour trouver des sponsors, il met à profit son expérience cinématographique pour réaliser des parodies hilarantes et bien montées où il se met en scène. À découvrir ou redécouvrir sans modération !

Le
Stanilas Thuret cherche un sponsor pour la Mini-Transat 2017

Trouver un sponsor !

Il ne manque plus qu'à Stanislas Thuret un sponsor principal pour l'accompagner sur son projet de participation à la Mini-Transat 2017. Et c'est en réalisant des parodies hilarantes qu'il compte faire parler de lui et trouver la pièce manquante du puzzle.

Sa dernière réalisation ? Une parodie d'Alex Thomson grimpant en haut de son IMOCA Hugo Boss (en costume bien sûr !) et plongeant en toute élégance et décontraction de 30 m de haut ! Stanislas – lui aussi en costume et lunettes de soleil – grimpe sur le mât de son "petit" bateau avant de plonger – moins élégamment – dans l'eau. Une vidéo pleine d'humour et d'autodérision à voir sans modération.

La Mini-Transat 2017, l'objectif principal !

Ce jeune passionné de voile, mais aussi autodidacte a découvert la voile avec son père lorsqu'il était gamin. Dès lors, il navigue toutes les vacances depuis son enfance et fini par courir deux saisons en Mini. En 2015, il souhaite participer à la Mini-Transat, mais comme il l'explique si bien, l'achat tardif de son bateau son manque d'expérience du large l'en dissuade.

Il profite donc de l'année 2016 pour jongler entre son travail sur les plateaux télé et la navigation sur son bateau, un Dingo 2, du chantier Marée Haute. Il s'entraine tout l'hiver à Concarneau, dans le Finistère, participe à sa première régate au printemps puis embarque sur la Transat New York Les Sables en tant que mediaman pour Conrad Colman. Suite à quoi, il finalise ses derniers milles en course sur le Mini-Fastnet en Irlande.

Trois semaines plus tard, il retrouve l'Irlande pour boucler son parcours de qualification de 1000 milles qu'il clôture en 7jours et 10 h. C'est ainsi qu'il se qualifie pour la Mini-Transat 2017 !

"Pour moi, cette course, cette aventure est un défi incroyable. C'est l'occasion de pouvoir vraiment se connaître soi-même, d'aller jusqu'au bout mentalement et physiquement. Et de pouvoir dire : je l'ai fait. Dans l'imaginaire collectif, c'est aussi un rêve. Que certains qualifieront de fou, d'impossible. Mais qui ne laisse personne indifférent. Un rêve de liberté qui rassemble et qui parle à tout le monde" explique le jeune skipper.

Un bateau manque plus qu'un sponsor

Son bateau fait partie de la catégorie des séries (pour rappel, dans la Mini-Transat, on court soit sur des bateaux de série, soit sur des bateaux prototypes). C'est-à-dire qu'il est fabriqué par des chantiers dans des matériaux classiques, à contrario du proto.

Kerambigorn – nom de la plage où Stan a appris à naviguer – est un D2V2, construit par Marée Haute en 2008, et racheté par le jeune skipper en 2014.

D2 6.50, le résumé du bateau

ChantierMarée Haute
ArchitectePierre Rolland
Longueur de coque6.50 m
Largeur3.00 m
Tirant d'eau1.60 m
Catégorie CEB
Déplacement lège950 kg
Voir la fiche technique complète et les photos du D2 6.50
Reportage : Stanislas Thuret

Improbable : Première vidéo du bord sur le Vendée Globe 2020 !

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Humbert-david Pascal 30 Novembre 2016
Excellent, bonne chance a toi tu est inscrit sur un site participatif ? pour lever des fonds ?

Photos
Voir les 58 photos
Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO