Vidéo de St-Michel Virbac dans le détroit de Bass, une première dans l'histoire du Vendée Globe


Jean-Pierre Dick, engagé sur cette édition du Vendée Globe 2016 à bord de St-Michel Virbac, a choisi de contourner la tempête en passant par le Détroit de Bass. C'est la première fois qu'un skipper du Vendée Globe traverse ce détroit et donc la première fois que des images vidéos sont réalisées... Toujours impressionnant de voir un IMOCA lancé à pleine vitesse...

Certains concurrents de la flotte du Vendée Globe sont soumis à une très forte dépression depuis le 13 décembre 2016. Jean-Pierre Dick, qui était en 6e position au sud de l'Australie, a choisi de mettre la course entre parenthèses pour assurer sa sécurité et celle de son bateau.

Compte tenu des conditions météo attendues sur sa route, le skipper de St-Michel Virbac a choisi de se détourner plein nord-est pour passer par le détroit de Bass afin d'éviter la violente tempête annoncée.

Cette nuit (nuit du 13 au 14 décembre 2016), il est ainsi devenu le premier skipper de l'histoire du Vendée Globe à traverser le détroit de Bass, un bras de mer de 300 km de long environ qui sépare le continent Australien de la Tasmanie. "Il y aura beaucoup de vent dans le détroit de Bass* (situé entre l’Australie et la Tasmanie), mais la mer sera navigable" avait expliqué le marin.

"Je suis ému de mon passage dans le Détroit de Bass cette nuit, c'est incroyable de vivre cela pendant le Vendée Globe !" a indiqué Jean-Pierre Dick ce matin.

En début de matinée, StMichel-Virbac est sorti du détroit entre l'Australie et la Tasmanie. Le skipper azuréen "entame maintenant la descente vers la Nouvelle-Zélande pour retrouver les mers du grand sud."

"Je suis juste dans le passage de Barren Island, c'est très impressionnant avec le vent qui est monté à 40 nœuds. La mer est abrupte. J'ai décidé de rouler la voile d'avant, car c'était chaud avec les bancs de sable tout autour. J'entame maintenant la descente vers la Nouvelle-Zélande pour retrouver les mers du grand sud. J'ai été pas mal absorbé ces dernières 24 heures par la navigation, il fallait passer du temps à la table à cartes. Ce cocktail d'émotion, quand tu revois la terre, et de concentration, pour gérer le vent et les vagues, tu ne le vis que sur le Vendée Globe ! J'ai bien vu la côte de Tasmanie et l'Ile Clarke, c'est vraiment joli. Il y a beaucoup d'éoliennes, cela montre qu'il y a du vent ici. Cela fait toujours bizarre de revenir "à la civilisation", de voir la terre et de se dire qu'on était dans les 40es Rugissants il y a quelques jours. Brutalement, tu retrouves la civilisation et c'est un choc !"

Ce passage à proximité des terres a permis de réaliser une magnifique vidéo de l'IMOCA navigant à pleine vitesse avec un temps dégagé. L'occasion d'approcher de très près le monocoque et de voir les paquets de mer recouvrir le roof...

* Le détroit de Bass est un bras de mer qui sépare le continent australien, plus particulièrement l'État de Victoria, de la Tasmanie. Il porte le nom du médecin George Bass qui accompagnait l'explorateur britannique Matthew Flinders, qui le franchit en 1798 prouvant que la Tasmanie est une île isolée de l'Australie. Il relie l'océan Pacifique Sud à l'océan Indien.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...