Le leadership d'Armel le Cléach' menacé ?

Banque Populaire VIII © Y.Zedda/BPCE

Alors qu'Armel le Cléac'h passait le Cap Horn avec 1 jour et 23 heures d'avance sur son poursuivant britannique, le distançant de 800 milles et mènait la flotte depuis 26 jours, son leadership risque d'être remis en question... Le britannique Alex Thomson, skipper d'Hugo Boss revient comme un dingue sur le skipper de Banque Populaire, englué dans une cellule anticyclonique... Moins de 75 milles les séparent...

800 milles séparaient Armel le Cléac'h, leader de cette 8e édition du Vendée Globe d'Alex Thomson, dauphin britannique, amputé d'un foil et laissant la part belle au breton. Pourtant, depuis quelques jours, l'ancien leader (Alex Thomson avait pris la tête de la flotte rapidement au départ) grappille des milles sur son concurrent direct... Ce jeudi 29 décembre 2016, seulement 74 milles séparent les deux skippers ! 

La faute à une cellule anticyclonique qui fait barrière au skipper de Banque Populaire VIII et qui réduit à néant les milles durement gagnés. Alex Thomson profite de la faiblesse de son adversaire pour attaquer :  il a été le plus rapide de toute la flotte ces dernières 24 heures avec 432 milles parcourus. Il faut dire qu'en guise de cadeau de Noël, Alex Thomson a réussi à relever le moignon de son foil "Il n'est plus à l'eau et n'engendre plus de traînées. Je n'avais même pas besoin de le couper. Cela me rend heureux… » Il avait cassé son foil tribord après seulement deux semaines de course, suite à un violent choc avec un OFNI.

L'écart se resserre donc de manière significative : 194 milles à 5 h, 158 milles à 9 h, 131 milles à midi, 101 milles à 15 h et 74 milles à 18 h. 

Armel en a vu d'autres et prend le retour de son poursuivant avec philosophie. "Ce n'était pas la bonne semaine pour jouer au loto", plaisante-t-il. "La situation est compliquée. J'avais une bonne avance au cap Horn, mais depuis je subis les phénomènes météo. La barrière anticyclonique bloque la route de Banque Populaire VIII et ça revient derrière. Les 800 milles d'avance sur Alex Thomson au cap Horn ne se sont vite réduits à pas grand-chose. Pas de chance, mais c'est le jeu de la course au large et il faut faire avec. Je reste positif. Alex butera lui aussi dans l'anticyclone et nous ferons les comptes dans quelques jours quand nous toucherons les alizés."

Désormais, il ne reste plus qu'à Armel de traverser le plus rapidement possible cette bulle en forme de haricot qui bloque le passage au niveau du 35° Sud, au large de l'Uruguay. Or c'est toujours un peu la loterie dans ce type de système météo qui fluctue énormément au fil des heures, pouvant aussi bien s'étaler en longitude qu'en latitude !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Jean Campistron - 31 Décembre 2016
j'ai connu le meme avatar lors de ma premire One Ton Cup en Nouvelle Zlande en 1977 sur COUNTRY BOY, deux heures de l'arrive AUCKLAND, nous avions vingt nayriques d'avance sur la flotte quand un con de mon quipage, contre mon ordre , a chang de spiLes Nos nous ont rattraps et salu au passage en nous flicitant...


DUr DUR!.
Ajouter un commentaire...