Retour sur la casse du mât d'Initiative Coeur

Avarie sur Initiative Coeur

Après son retour aux Sables-d'Olonne, le mât d'Initiative Coeur a été expertisé pour connaître les raisons de la casse. Malgré cela, cette rupture reste une énigme.

Après avoir dépassé les iles Canaries, Tanguy de Lamotte en course dans le Vendée Globe a vu sa tête de mât se casser net. Une rupture étrange et assez incompréhensible. Ce handicap a obligé le skipper à faire demi-tour et à abandonner la course, mais il a pu ramener son bateau par ses propres moyens à bon port.

Une fois le bateau revenu à sa base et démâté, les experts et le fabricant ont pu examiner la tête de mât en détail. Pour une fois aucune pièce n'était partie à l'eau.

Une rupture très nette

La casse est arrivée soudainement et la tête de mât s'est rompue assez proprement au-dessus du dernier étage des bastaques. C'est d'ailleurs le renfort des bastaques qui ont empêché que les drisses ne déchirent le mât un peu plus. Dans cette zone le mât n'est plus tenu par aucun haubanage. Ce n'est donc pas la rupture d'un câble qui est en cause, mais bien de la structure du mât en carbone.

Un vieux mât, mais toujours solide

Ce mât était déjà en place quand Initiative Cœur a racheté le bateau (alors sous les couleurs d'Akéna vérandas). Ce mât a participé au Vendée Globe 2012/13 avec Arnaud Boissières. Si le gréement dormant est considéré comme des pièces d'usure qu'il faut régulièrement remplacer, le mât n'est pas dans ce cas.

Comme souvent, le mât d'Initiative Cœur était contrôlé chaque année par un cabinet d’expertise. C’est non seulement obligatoire, mais on peut aussi renouveler l’opération en cas de doutes, suite à un choc par exemple. Grâce aux ultrasons, on arrive à déceler d’éventuels défauts du composite, qui peuvent être des décollements ou des fissures des tissus. L’ultrason traverse la matière, s’il y a une rupture quelque part, le signal ne passe plus. Ce n'a jamais été le cas sur le bateau.

Les experts se cassent les dents

Pas de fatigue. Pas de vieillissement. Mais que s'est-il alors passé ? Les experts ne se prononcent pas sauf à dire que l'avarie subite par Tanguy de Lamotte n'était pas prévisible.

À tel point que le chantier a décidé de réparer le mât existant en "recollant" le morceau cassé !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Jean-Yves Léger - 09 Février 2017
Je ne comprend pas.Si la tête est recollée,il ne peut pas y avoir continuité des fibresde carbone. Avez vous pensé à consulter les experts du CETIM? Jean-Yves Léger
Cetim Retraité
Ajouter un commentaire...