Volvo Ocean Race : Première victoire d'étape pour Team Brunel et changement de leader au général !

Team Brunel

La 7e étape de la Volvo Ocean Race a sans doute été l'une des pus dures de l'histoire de la course. 7 600 milles marqués par des conditions très soutenues et par la disparition en mer d'un membre d'équipage de Team Sun Hung Kai /Scallywag, ainsi que par de nombreux "petits" dégâts sur les bateaux. La plus longue étape de la course avec pourtant un finish à couteaux tirés entre Team Brunel et Dongfeng Race Team, marqué par la victoire du premier.

Cette étape longue de 7 600 milles entre Auckland (Nouvelle-Zélande) et Itajai (Brésil) restera dans les annales de la course sans doute comme l'une des plus difficiles. Les sept équipages ont navigué pendant 16 jours dans des conditions de vent et de mer particulièrement soutenues. Des conditions qui ont d'ailleurs engendré un drame avec la disparition de John Fisher (membre d'équipage de Team Sun Hung Kai /Scallywag suite à un empannage sauvage). Ainsi que de nombreuses avaries sur les bateaux : MAPFRE a déchiré sa grand-voile et abimé son rail de grand-voile, Turn the Tide on Plastic a rencontré des problèmes sur son gréement dormant, Vestas 11th Hour Racing a démâté...

Le finish entre Team Brunel et Dongfeng Race Team s'est couru sous le soleil et sur une mer légèrement clapoteuse, tout juste balayée par un vent évanescent de nord nord-est d'une petite poignée de nœuds. Les deux concurrents ont ainsi progressé doucement vers la ligne d'arrivée et à vue. Depuis le Cap Horn, grâce à des choix stratégiques opportuns et suite aux avaries de leurs concurrents, les deux leaders avaient ainsi pris le dessus sur le reste de la flotte.

Team Brunel avait pris les commandes de la course une semaine après le départ d'Auckland grâce à une option nord dans le Pacifique. Option choisie par le navigateur Andrew Cape et qui lui permettait de franchir le Cap Horn en premier et d'empocher le point bonus (pour le premier à basculer dans l'Atlantique Sud). L'équipage de Bouwe Bekking a ainsi réussi à contenir les ardeurs de Dongfeng Race Team qu’il a contrôlé en approche d'Itajai avant de couper la ligne à 14 h 45 min 18 s (UTC, 16 h 45 min 18 s heure française) après 16 jours 13 heures 45 minutes et 18 secondes de mer (19,56 nœuds de vitesse moyenne sur les 7778,45 milles réellement parcourus).

C'est la première victoire de l'équipe néerlandaise sur cette édition 2017-2018. Cette dernière n'avait d'ailleurs jamais fait mieux qu'une quatrième place (au Cap et à Melbourne), et une deuxième victoire néerlandaise consécutive après celle de team AkzoNobel à Auckland. "Cela a été une étape incroyable, a commenté le skipper. Nous sommes tristes dans nos cœurs en raison de la perte de John Fisher, ce sentiment reste profondément ancré en nous, mais d'un point de vue sportif, nous avons très bien navigué, cela va nous donner beaucoup de confiance."

Embarqué sur cette étape sur le VO65 néerlandais, le Français Thomas Rouxel a ajouté : "On savait depuis trois-quatre jours que la fin serait tendue, nous naviguons à vue depuis plus de 24 heures avec Dongfeng, nous sommes contents d'avoir réussi à garder 3-4 milles d'avance et quelques centaines de mètres à l'arrivée pour marquer des points."

Avec cette victoire qui lui confère 16 points (étape comptant double et deux points de bonus au Horn et à Itajai), Team Brunel revient dans le match. Le final risque donc d'être haletant !

14 minutes et 50 secondes après l'arrivée de l'équipage néerlandais, à 15:00:08 (UTC), Dongfeng Race Team a à son tour coupé la ligne d'arrivée. Le bateau franco-chinois termine en effet à la deuxième place pour la quatrième fois sur six étapes, loupant encore une fois de peu la première marche du podium. Avec cette 2e place, Dongfeng Race Team réalise une très belle opération, puisque les points pour cette étape comptent double. Du coup, le bateau rouge va pouvoir grappiller de précieux points sur MAPFRE, leader au classement général, malheureusement obligé de mettre la course entre parenthèses après le passage du Cap Horn, à cause de la casse du rail de grand-voile avant de repartir. D'ailleurs, si l'équipage espagnol terminait la course à sa place actuelle (5e place), Dongfeng Race Team prendrait carrément les rênes de la course.

De quoi satisfaire un Charles Caudrelier sorti "épuisé" de cette longue étape qui aura nécessité de "pousser plus en permanence" : "On a essayé de revenir, mais on sentait qu'on n'avait pas l'énergie. On est surtout contents d'être là vu les événements, tous là en bonne forme, sans blessés. Le gros plus est cette deuxième place qui va nous permettre de revenir, voire même de passer MAPFRE, avec en plus un gros avantage de temps qui va nous donner un petit point supplémentaire si on ne fait pas trop de bêtises jusqu’à l'arrivée et si on finit toutes les étapes (*). On avait beaucoup de frustration depuis le début de la course de toujours être un peu derrière eux, alors qu'on les a souvent dominés, là, on est contents de cette bonne opération."

(*) Le premier en temps cumulé à l'issue de la Volvo Ocean Race empochera un point de bonus.

Le classement de la septième étape Auckland-Itajai (mardi à 18 h 10, heure française) :

1. Team Brunel (Bouwe Bekking), 16 jours 13 heures 45 minutes et 18 secondes
2. Dongfeng Race Team (Charles Caudrelier), à 14'50" 
3. Team AkzoNobel (Simeon Tienpont) à 254 milles de l'arrivée
4. Turn the Tide on Plastic (Dee Caffari) à 694 milles de l'arrivée
5. MAPFRE (Xabi Fernandez) à 781 milles de l'arrivée

Abandons : Sun Hung Kai/Scallywag (David Witt) et Vestas 11th Hour Racing (Charlie Enright)

Plus d'articles sur les chaînes :

Reportage : Volvo Ocean Race

Volvo Ocean Race 2018 : C'est parti pour la plus longue étape de la course !

Un départ venté pour la 2e étape de la Volvo Ocean Race

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
La Volvo Ocean Race
A lire aussi sur Bateaux.com