Nouvelles règles pour le Vendée Globe 2020

L'organisation du Vendée Globe vient de publier l'avis de course du Tour du monde en solitaire et sans escale. Voici les "ajustements" et clarifications décidés pour la 9e édition concernant les règles de course comme la qualification des skippers.

Vendée Globe 2016
Le

Le tour du monde en solitaire et sans escale n'aura lieu que dans 2 ans, mais l'avis de course du Vendée Globe 2020 est d'ores et déjà disponible. Ce document est rédigé par les organisateurs et la direction de course, validé par la Fédération Française de Voile et permet de fixer les règles de la course. En le publiant si tôt, la SAEM Vendée, société organisatrice du Vendée Globe souhaite que les skippers puissent se préparer au mieux.

"La parution de l'Avis de Course est un jalon important dans notre organisation. Les grands principes du Vendée Globe restent bien sûr inchangés. En 8 éditions, le Vendée Globe n'a rien perdu de sa magie grâce à un concept simple : un homme, un bateau, un tour du monde. L'événement rencontre un engouement toujours fort, parmi les marins, mais aussi parmi le public. Nous avons pris connaissance des derniers chiffres en termes de retombées économiques pour notre département après la dernière édition, et ils sont en hausse de 15 %, avec 35,5 millions d'euros de chiffre d'affaires générés par l'événement. 2020 promet d'être un succès plus important encore" explique Yves Auvinet, Président du Conseil Général de Vendée et de la SAEM Vendée

Un tour du monde par les 3 caps

Ce document de 30 pages rappelle les règles fondatrices du Vendée Globe, à savoir un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, par les trois caps : Bonne Espérance, Leeuwin et Horn à laisser à bâbord. Le continent antarctique à tribord.

"Si les grands principes demeurent, nous avons tenu à rendre le texte plus explicite, à préciser ou modifier quelques points très tôt, pour rendre intelligible le cadre du jeu" précise Yves Auvinet.

Clarifier les règles

  • La notion de "non-assistance" a été largement détaillée avec notamment l'interdiction de prendre la main sur l’ordinateur de bord depuis la terre.
  • Un temps limite pour terminer la course a été fixé à 163 jours (temps réalisé par Jean-François Coste, le dernier concurrent de la première édition)
  • En cas d'avarie après le départ et de retour au Port des Sables-d'Olonne (seule escale technique autorisée), l'équipe pourra monter à bord du bateau dans les 3 milles avant la bouée Nouch Sud
  • La règle de remplacement en cas d'incapacité du skipper a été assouplie avec une possibilité après le départ de la course, sous certaines conditions.
  • Le principe des 72 points de la Zone d'Exclusion Antarctique est entériné
  • Des frais d'inscription ont été établis (10 000 euros)
  • Le montant des prize money augmente (800 000 euros au lieu de 600 000 au total)

De nouvelles règles de qualification

Ils seront 30 à pouvoir participer à cette 9e édition, alors que les déclarations d'intention dépassent déjà ce quota. Aujourd'hui, au moins 35 projets et ce nombre pourrait encore évoluer d'ici le 1er novembre 2019, date limite du dépôt des candidatures…

3 principes seront appliqués pour la sélection :

  • Certains projets seront prioritaires. Les participants au précédent Vendée Globe ainsi que ceux ayant un bateau neuf en construction (lancé à partir du 1er janvier 2017) seront présélectionnés. Mais ils n'échapperont pas à la phase de qualification. Les premiers devront réaliser au moins 2 000 milles en solitaire à bord de leur nouveau bateau, sur un parcours déterminé par la Direction de course, quand les seconds devront au moins disputer une des courses transatlantiques figurant au programme de la Classe Imoca, les Globe Series.
  • Pour les skippers qui n'appartiennent pas à la catégorie ci-dessus, et en cas de dépassement des effectifs, la primeur sera donnée à ceux ayant cumulé le plus grand nombre de milles sur les courses du circuit Imoca, dont, obligatoirement une transat.
  • L'organisation se laisse le choix d'attribuer des "wild cards" (invitation privilégiée).

"Auparavant, les plus prompts à déposer leur dossier d’inscription étaient les premiers « servis. Pour cette édition, nous avons appliqué le même principe que celui de la Mini Transat : plus tu navigues sur les épreuves des Globe Series, plus tu as de chances d'être qualifié (…) Le fait que l'Avis de Course soit édité beaucoup plus tôt que l'édition passée permet de donner un cadre de jeu suffisamment tôt pour que les marins puissent se préparer" explique le directeur de course Jacques Caraës

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO