Vives inquiétudes sur la Golden Globe Race

Le concurrent Irlandais au secours de l'indien Abhilash Tomy

Le 21 septembre 2018, une violente tempête - vent de 70 nœuds et vagues de 14 m - est venue frapper les solitaires de la Golden Globe Race. Chavirage, démâtage et même un code rouge pour le concurrent Indien Abhilash Tomy, qui a démâté ce vendredi. Tous les moyens sont mis en œuvre pour aller secourir l'officier de la marine indienne, qui navigue sur la réplique Suhaili de Sir Robin Knox-Johnston, vainqueur du premier GGR il y a 50 ans, en état d'incapacité.

Code rouge pour le concurrent Indien Abhilash Tomy

Une violente tempête s'est abattue sur les solitaires de la Golden Globe Race, alors qu'ils se trouvaient dans le Grand Sud, à quelques milliers de milles du sud de l'Australie. Des vagues de 14 m de haut et des vents de 70 nœuds sont venus frapper les concurrents ce 21 septembre 2018 causant de gros dégâts et notamment un Code Rouge. En effet, le concurrent indien a envoyé un message inquiétant à 12h09 UTC le jour même " Retourné. Démâté. Sévère blessure au dos. Ne peux pas me lever", ne donnant plus de nouvelles par la suite.

Le skipper n'a pas pris contact ni par sms, ni par téléphone, et n'a pas non plus déclenché sa balise de détresse. Ce qui est inhabituel et laisse penser qu'il reste frappé d'incapacité.

Finalement, ce 22 septembre, très tôt dans la matinée, le PC Course a finalement reçu un message texte d’Abhilash Tomy, le navigateur solitaire indien " EPIRB (balise) ACTIVE. PEUX PAS MARCHER. PEUT-ETRE BESOIN D'UNE CIVIERE. Position: 39' 25.297 S 077' 30.629 E le 22 Sep 02:28 UTC" avant de recevoir à 21h57 un nouveau message " PEUX BOUGER LES DOIGTS DE PIEDS. ME SENS ENGOURDI. NE PEUX NI MANGER NI BOIRE. DIFFICILE D’ATTEINDRE MON SAC D’URGENCE."

Opérations de secours en cours

Le MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) de Canberra a détecté successivement les signaux d'urgence du bateau et coordonne actuellement une opération multinationale de sauvetage.

Un avion privé a décollé de Perth, à l'Ouest de l’Australie pour constater la situation et est attendu dans la zone à 02:30 UTC Dimanche. L'avion a suffisamment de carburant pour rester sur la zone pendant 3 heures, et pour que son équipage évalue les dégâts sur le bateau indien de 36 pieds, et essaie d’entrer en contact radio avec Tomy.

L’avion survolera aussi Hanley Energy Endurance, le bateau de l’Irlandais Gregor McGuckin, qui a aussi démâté pendant la même tempête. McGuckin a depuis fabriqué un gréement de fortune et essaie de rejoindre Tomy à 90 milles de distance et au moteur.

De plus, les Autorités australiennes sont en train de détourner un avion de recherche et de sauvetage à l’Ile de la Réunion pour participer au sauvetage avec la frégate série Anzac HMAS Ballerat qui se prépare à quitter Perth. Elle mettra 4-5 jours à atteindre la zone mais bénéficie d’un hélicoptère et d’installations médicales à bord.

Indépendamment, les Autorités indiennes ont envoyé un avion militaire de l’Ile Maurice qui pourrait atteindre la zone vers 23:30 UTC aujourd’hui samedi et aussi ont demandé à la frégate indienne furtive INS Satpura et au pétrolier INS Jyoti Mission, actuellement en exercices au large de l’Afrique du Sud, de se dérouter.

Les concurrents se déroutent pour secourir le skipper indien

Gregor McGuckin, est en alerte "CODE ORANGE" suite au double démâtage de son voilier plus tôt dans la journée le 21 septembre et se trouve à moins de 100 milles au sud-ouest de la position de Tomy Abhilash. Sécurisé à bord de son voilier Hanley Energy Endurance, il fait route vers le skipper indien et estime pouvoir arriver sur la zone du Thuriya entre 18:00 et 24:00 UTC Dimanche. Il a utilisé le tangon de son spinnaker comme gréement de fortune mais le tube métallique plie dans les fortes rafales. Il a aussi des problèmes avec son moteur, qui s'arrête sans arrêt, sans doute depuis que de l'eau s'est infiltré à l'intérieur lors de son démâtage. Son régulateur d'allure ne fonctionne plus, l'obligeant à barrer à la main.

Le skipper estonien Uku Randmaa, actuellement à 400 milles à l'Ouest des 2 bateaux en détresse, mettra 3 jours pour atteindre la zone et prévoit d'aider Gregor.

Le Hollandais Mark Slats à quelques 250 milles de la zone de sauvetage a été dispensé de revenir en arrière. Il fait toujours face à des vents de 40 nœuds et des vagues de 15 mètres et a été projeté hors de son bateau ce 22 septembre au matin lors de l'un des nombreux chocs, a pu revenir à bord grâce à sa ligne de vie. Il rapporte qu'il n'a jamais rencontré de conditions aussi mauvaises. Une vague s'est abattue sur son bateau Ophen Maverick, elle s'est engouffrée dans le capot de descente de la cabine et a noyé les fils électriques causant un feu qui s'est vite éteint.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
A lire aussi sur Bateaux.com