Route du Rhum 2018 : Pour qui la victoire en Multi 50 ?

Thierry Bouchard, Ciela Village © Yvan Zedda

Ils seront six à s'aligne sur la ligne de départ de Saint-Malo le 4 novembre 2018 en Multi50. Bateaux récents et plus anciens seront menés par des aficionados de la classe et d'autres récemment arrivés. On retrouvera bien évidemment le tenant du titre - et favori - Erwan le Roux qui devra naviguer avec son "rival" de toujours, Lalou Roucayrol et faire avec l'arrivée de "petits" nouveaux, prêts à en découdre.

Des favoris et des nouveaux à surveiller de près

Si on retrouve les habitués du circuit à l'image de Lalou Roucayrol ou d'Erwan Le Roux — le tenant du titre —, on dénombre également quelques nouvelles têtes, à l'image de Thierry Bouchard, Armel Tripon ou Thibaut Vauchel-Camus.

Le grand favori de l'épreuve n'est autre qu'Erwan Le Roux, avec un un bateau qu'il a construit à l'époque où il travaillait avec Franck-Yves Escoffier, son palmarès étoffé, sa préparation physique de haut niveau – il est aussi triathlète — et son habitude de ne rien laisser au hasard font de lui le candidat idéal pour un doublé.

Erwan Le Roux - FenêtréA Mix buffet ©Jacques Vapillon

Mais il faudra compter aussi sur Lalou Roucayrol, passé en Multi50 il y a 11 ans après avoir écumé la classe ORMA. Sur ce bateau qu'il a construit, Lalou a remporté la Transat Jacques Vabre 2017 et terminé sur tous les podiums de la saison en équipage. S'il a toujours terminé dans les trois premiers, la seule place qui lui échappe c'est la première. C'est précisément celle qu'il vient chercher cette année. "Quand on part sur une course, c'est pour gagner", assure le Médocain dont cette 40e Route du Rhum – Destination Guadeloupe sera très probablement la dernière course en solitaire en Multi50. "De ce fait, elle aura forcément une saveur encore plus particulière."

Derrière, on retrouve aussi Thibaut Vauchel Camus, le "petit jeune" de la bande (40 ans) aux commandes du trimaran le plus récent des "nouveaux". Il a d'ailleurs remporté la Drheam Cup – Destination Cotentin en solitaire, malgré sa maigre expérience en Multi50.

Après avoir terminé deuxième de la dernière édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Class40, celui qui a fait ses classes en catamaran de sport passe sur trimaran et affiche des ambitions de victoire. "Ne pas monter sur le podium serait décevant, même si j'ai pleinement conscience que le niveau de la flotte est très dense et que la barre est haute, mais on n'est jamais à l'abri d'un bon coup", souligne le marin qui, comme lors de sa dernière participation, alors qu'il débutait au large, aborde l'étiquette d'outsider.

Autre nouveau venu dans la classe, Armel Tripon (Réauté Chocolat) a également beaucoup navigué cette année comme Thibaut. Il avait terminé à la 4e place en classe IMOCA il y a 4 ans, pour sa premièe participation. "Il y a quatre ans, ce qui primait pour moi, c'était de finir la course et ça s'était vu dans ma manière un peu timorée de naviguer. Aujourd'hui, je n'ai pas cette méconnaissance de mon bateau. Je sais comment me comporter et réagir. J'ai aussi tout simplement plus d'expérience", assure le skipper de Réauté Chocolat qui compte bien parvenir à se hisser sur le podium à Pointe- à-Pitre, même s’il sait que la concurrence s'annonce redoutable. "On a en face de nous des marins avec une expérience de fou en Multi50."

Armel Tripon - Réauté Chocolat © B.Stichelbaut

Le Méditerranéen Thierry Bouchard, à la barre d'un Multi50 de dernière génération très léger, n'a pas pu naviguer autant qu'il l'aurait souhaité, la raison à un chantier important réalisé après la Transat Jacques Vabre 2018. Ayant du abandonner il y a quatre ans, le sportif et chef d'entreprise compte bien prendre sa revanche.

"Quand je fais une course, ce n'est pas seulement pour le plaisir de participer", confirme le marin qui l'a déjà prouvé à maintes reprises en monocoque et qui compte bien le montrer en multicoque à l'occasion de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018. "Il va y avoir une belle bagarre entre les anciens bateaux très au point et les nouveaux, intrinsèquement plus rapides mais moins bien préparés. Les chances des uns et des autres vont ainsi être équilibrées"

Enfin, Gilles Lamiré (La French Tech Rennes Saint-Malo) sera sur le trimaran le moins "moderne" de la flotte, mais qu'il connait par cœur et croit en ses chances. "Il y a, certes, des petites différentes entre les machines, mais tout le monde à sa chance", note le skipper de La French Tech Rennes St Malo qui a énormément progressé depuis sa dernière participation à l'épreuve, et qui compte bien faire au moins aussi bien (3e).

Gilles Lamiré - La French Tech Rennes Saint-Malo © Xavier Bouquin

Les six concurrents en Multi50

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...