Route du Rhum : Qui sont les favoris de la catégorie Ultim ?

Le trimaran Macif © Hocus-Focus.bzh-Macif

La Route du Rhum 2018 démarrera le 4 novembre prochain au départ de Saint-Malo. Parmi les 122 concurrents, 6 Ultimes - des trimarans géants de 32 m - qui pourraient rallier Pointe-à-Pitre en moins de 6 jours si les conditions sont très favorables ! Alors qui pourrait être le premier en Guadeloupe ? Analyse…

Sur les 6 partants, 5 sont armés d'appendices élévateurs (foils, plans porteurs sur les trois safrans et sur la dérive) leur permettant pour les plus aériens, de voler dès 13/14 nœuds de vent, et de dépasser la vitesse de pointe de 45 nœuds !

Le dernier – UseItAgain – est un plan Irens-Cabaret de 75 pieds (ancien Castorama d'Ellen MacArthur) mené par Romain Pilliard. Né en 2003, et avec un skipper qui fait sa découverte de la course, ce dernier ne joue pas dans la même catégorie. Son objectif avant tout : arriver au bout avec un bateau en bon état, de partager son histoire et de véhiculer son message en faveur de l'économie circulaire.

Malgré le potentiel pur des bateaux et leur fiabilité, le savoir-faire des marins prend toute son importante. "Les courbes de performance suivent pratiquement la chronologie de la mise à l'eau des bateaux, mais celle de l'expérience est inversement proportionnelle," fait remarquer François Gabart.

À ce titre, Francis Joyon – vétéran du groupe — à bord d'un trimaran vieux de 12 ans, est celui possède la plus longue expertise du multicoque : double victoire sur la Route du Rhum, recordman du Trophée Jules Verne (ex Groupama 3, ex Banque populaire VII). "En multi, il faut avoir la tête solide et l'expérience est un atout : il y a tellement de bêtises à faire sur ces bateaux !"

Thomas Coville, multiple récidiviste autour du globe en solitaire, vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre est sur la même longueur d'onde, malgré le petit déficit de vitesse de Sodebo Ultim' "Je suis dans la position inverse d'il y a quatre ans. Je suis un outsider, mais ils savent que s'ils font la moindre erreur, je les mange."

François Gabart est au carrefour des deux courbes – performance et expérience – et a la faveur des pronostiqueurs. Le recordman du tour du monde en solitaire connait son bateau par cœur et ce dernier vient encore d'être fiabilisé. Ce sera la première fois en multicoque à bord de Macif sur la Route du Rhum pour François Gabart, mais ses ambitions sont claires, comme il l'explique : "Je ferai tout pour décrocher la première place en Guadeloupe, car je sais le challenge extrêmement relevé, mais c'est aussi ce qui le rend particulièrement excitant."

Sébastien Josse – sur son plan Verdier de 2017 longuement testé et fiabilisé – est un avion de chasse ! Mais comme nous le confiait Armel le Cléac'h lors de la mise à l'eau de son trimaran Banque Populaire, le skipper d'Edmond de Rothschild n'a pas navigué autant qu'il le souhaitait. Mais ces derniers stages à Port-La-Forêt confirment tout le potentiel du bateau. Pourtant, l'intéressé pondère : "En solitaire, c'est d'abord le bonhomme et sa manière d'aborder la chose qui font la différence et ça, sur la course, ça ne peut pas se prévoir."

Enfin, Armel le Cléac'h dispose du bateau le plus récent de la flotte et probablement du plus rapide. Mais avec son chavirage survenu au printemps 2018, le marin n'a pas eu tout le loisir de s'entrainer. Son bateau a été réparé et remis à l'eau tardivement, courant août 2018, et comme il nous le confiait le jour même, "on n'est clairement pas dans les favoris".

Ce sera aussi sa première traversée de l'Atlantique en solitaire en multicoque "C'est un vrai premier rendez-vous pour nous. Et on commence par l'Alpe d'Huez, un col hors catégorie !" conclue Armel le Cléac'h.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...