Interview / Kito de Pavant communique sa vision météo des premiers jours de la Route du Rhum 2018

J-1 avant le départ, Kito de Pavant qui prend le départ de la Route du Rhum 2018 sur son Class40 Made in Midi passe ses dernières heures à terre avant d’être lâché dans l’arène. Bien qu’il n’ait que peu de temps à nous consacrer, il nous a tout de même donné son ressenti sur les prévisions météo.

Peux-tu nous expliquer ce que donnent les dernières prévisions météo ?

Ça va être super cool. Le golfe de Gascogne va être dans le bon sens, il y a du soleil … [Éclat de rire]

Plus sérieusement, c’est assez terrible ce qui nous arrive sur la tronche à partir de mardi [NDLR 2 jours après le départ donné dimanche 4 novembre]. Il y a une première dépression qui va être passée facilement à la sortie de la Bretagne, puis on s’engagera dans un truc vraiment pas simple. Tout le monde était un peu tendu au briefing de ce matin. Certains ne sont pas rassurés, notamment la direction de course. Tout le monde va être confronté à ces conditions difficiles et viriles. Il risque d’y avoir pas mal de dégât. On espère avoir bien travaillé sur le bateau, l’avoir renforcé suffisamment pour que ça se passe bien, que les voiles vont tenir, que le matériel va résister.

Kito de Pavant

A 24 heures du départ, il peut encore se passer pas mal de choses côté prévisions. On va attendre les derniers fichiers météo de demain avant d’établir une stratégie. On a une vague idée de ce que l’on va faire, mais dans un vent si fort on ne pourra pas aller vite : quels que soient les bateaux ou la route qu’on va prendre. Il faudra faire le dos rond pendant quelques heures pour passer cette première difficulté avant de reprendre la course vers le soleil et les alizées.

Kito de Pavant

Malgré ton expérience, appréhendes-tu ce genre de conditions ?

Justement, encore plus avec mon expérience ! Je sais que le mauvais temps n’est pas une partie de plaisir et qu’on risque de casser du matériel et compromettre le résultat de la course. Il faut rester zen, adapter la voilure aux conditions. Il faudra passer le tourmentin et les voiles de tempêtes au bon moment. Ce n’est pas une chose facile. Ce sont des manœuvres compliquées, si on la fait trop tard c’est d’autant plus compliqué et si on la fait trop tôt on va perdre du terrain. Il faut gérer le bon timing.

Kito de Pavant

Dernière journée à terre, quel est le programme ?

Aujourd’hui c’est facile. Il fait beau [NDLR nous avons réalisé cette interview samedi matin, la veille du départ].

Hier c’était speed, on a eu beaucoup de monde : médias, partenaires… Aujourd’hui c’est plus cool.

Kito de Pavant

On va commencer par un briefing avec l’équipe pour s’accorder sur toutes les phases. Terminer la préparation. La bouffe et les sacs arrivent ce matin sur le bateau. J’irai faire une sieste ; trouver les derniers fichiers météo pour cogiter sur la course et le départ. Le Départ devrait bien se passer parce qu’on aura des bonnes conditions. Avant le départ j’essayerai de voir un peu ma famille et mes enfants. À partir de 16h il y a le défilé des bateaux : départ du ponton, attente dans les écluses. Puis on va se retrouver au  large. À partir de là, place à la course…

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...