Armel Tripon remporte la Route du Rhum en Multi50

Armel Tripon sur Réauté Chocolat © Alexis Courcoux #RDR2018

Armel Tripon (Réauté Chocolat) est le premier des Multi50 à franchir la ligne d'arrivée guadeloupéenne de la Route du Rhum 2018. Il a franchi la ligne d'arrivée ce jeudi 15 novembre à 16h32'40 (heure de Guadeloupe) après 11 jours, 7 heures, 32 minutes et 40 secondes de course, à 13,04 nœuds de moyenne.

Armel Tripon (Réauté Chocolat) est le troisième toute catégorie à franchir la ligne d'arrivée de la Route du Rhum 2018. Il est arrivée en Guadeloupe ce jeudi 15 novembre à 16h32'40 (heure de Guadeloupe) après 11 jours, 7 heures, 32 minutes et 40 secondes de course et 3 jours 17 heures, 10 minutes et 53 secondes après Francis Joyon, vainqueur en ULTIME arrivé dans la nuit du 11 au 12 novembre.

Deux ans après ses débuts en Multi50, Armel Tripon remporte sa 2e victoire sur une grande course transatlantique en solitaire sur son trimaran. Après la Mini-Transat en 2003 puis le Figaro Bénéteau, le Class40, l'IMOCA et le Multi50, c'est de nouveau en 60 pieds que l'on retrouvera le skipper, qui se fait construire un monocoque pour le Vendée Globe 2020.

Retour sur le parcours d'Armel Tripon sur le Multi50 Réauté Chocolat

"Premier Multi50 à la porte du Trophée du cap Fréhel Banque Populaire Grand Ouest après un départ canon, Armel fait le début de la course en tête. Dans la soirée du 4 novembre, il est aussi le premier à buter dans les vents mous du centre de la dépression qui barre la route aux concurrents au large de la Bretagne. Il passe presque toute la nuit collé à moins de cinq nœuds dans des vents erratiques. Lalou Roucayrol (Arkema) est le premier à s’extirper de cette nasse. Lorsqu’Armel s’échappe à son tour, c’est avec 30 milles de retard sur le nouveau leader Arkema. Leurs concurrents n’auront pas autant de chance et devront patienter plus longtemps à toute petite vitesse. Bientôt, Lalou et Armel sont les seuls à foncer vers le Sud pour tenter de fuir le mauvais temps qui doit s’emparer d’une immense zone sur l’Atlantique, de la pointe bretonne à la latitude de Gibraltar.

©Alexis Courcoux #RDR2018

Le 5 novembre au soir, ils sont au cap Finisterre pendant que le reste de la flotte pointe vers l’Ouest pour passer le premier front. Les conditions de navigation sont difficiles, une deuxième dépression est annoncée et Lalou, épuisé, décide de relâcher 24 heures à Porto (Portugal) pour laisser le gros temps passer. Armel, lui, trace seul son sillage vers le Sud. Le 6 novembre, l’écart latéral avec le groupe de l’Ouest est de 500 milles !
Le 8 novembre, Réauté Chocolat navigue au portant au large de Madère quand les autres sont encore dans le dur du côté des Açores.  Le contraste entre les conditions de navigation est saisissant entre la majorité de la flotte qui tire des bords dans des conditions hivernales pendant qu’Armel file au portant sous le soleil. Plus proches de la route directe, Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton - ARSEP) et Erwan Le Roux (FenêtreA-Mix Buffet) sont longtemps classés en tête. Mais à force de taper dans la mer croisée, leurs trimarans souffrent et les deux hommes sont contraints de s’arrêter à Ponta Delgada, rail de chariot de grand-voile arraché pour le premier, pilote automatique en rade pour le second. Réauté Chocolat, lui se porte bien. Le 9 novembre, il prend les rênes et ne les lâchera plus jamais, augmentant même son avance jusqu’à 300 milles.

Armel est un "jeunot" dans la classe Multi50 qu’il a intégrée il y a deux ans seulement après avoir fait l’acquisition de l’ancien Actual de Yves le Blévec, un plan Verdier-Neyhousser sur lequel il a ajouté les foils monotypes qu’autorise la jauge. Pour rattraper son déficit d’expérience face à Erwan Le Roux et Lalou Roucayrol, les deux hommes les plus expérimentés, grands favoris de cette transat, le Nantais avait multiplié les navigations en solo, en allant chercher le mauvais temps. Au départ de Saint-Malo, il faisait figure d’outsider. « Mon objectif est d’abord d’arriver à l’endroit, déclarait-il quelques jours avant le départ. Ensuite, accrocher une belle place et jouer avec mes armes. »

Pendant 11 jours 7 heures 32 minutes et 40 secondes, c’est bien avec ses armes et ses choix qu’il a joué, privilégiant le sens marin à la route optimale, la préservation du matériel à la performance théorique."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...