Point de vue / Un autre monde nautique à découvrir au Boot Düsseldorf

Le Boot Düsseldorf est un salon nordique, il n'en reste pas moins le plus grand salon nautique au monde. C'est pourquoi tous les chantiers européens, mais aussi internationaux y exposent leurs nouveautés. C'est aussi l'occasion de voir des bateaux avec des programmes de navigation bien spécifiques à l'Europe du Nord.

Une pratique de la plaisance différente

En Europe du Nord, notamment autour de la mer baltique, les plans d'eau sont différents, tout comme la météo. C'est donc tout logiquement que les plaisanciers nordiques pratiquent la plaisance d'une manière différente des Français. Au Boot de Düsseldorf, on trouve donc des bateaux pittoresques qui s'adaptent parfaitement aux programmes pour lesquels ils sont conçus. Les conditions architecturales divergent pour répondre aux usages des plaisanciers et les bateaux souvent homologués en catégorie C pour naviguer sur la mer intracontinentale, les lacs, canaux et rivières.

Si la culture française de la voile s'inspire beaucoup de Tabarly ou Moitessier, la culture nordique est beaucoup plus pragmatique. Le bateau est un outil à l'usage de la vie à bord et du déplacement nautique. 

Voici un panel de ce que vous verrez peu sur nos plans d'eau français.

©Bateaux.com

Des Fifty

Le Fifty est un voilier, mais avec lequel on navigue à la voile et/ou au moteur. Les plaisanciers n'achètent pas ce type de bateau pour faire de la voile, ils en ont une utilisation pragmatique. Ils naviguent à la voile quand les conditions s'y prêtent et au moteur quand elles ne s'y prêtent pas.

D'autre part, on ne peut pas toujours se déplacer à la voile dans les canaux. Par exemple, le louvoyage (tirer des bords) n'est parfois même pas autorisé. Donc pour "circuler" d'un plan d'eau à un autre, parfois de longues heures de moteur s'imposent. Et aucun bateau à moteur n'aura la même autonomie qu'un Fifty.

Des daysailers

Sur les plans d'eau intérieurs, un croiseur ne présente pas beaucoup d'intérêt. Contrairement au Fifty, le dériveur permet de faire la voile pour la voile. En quelques minutes, on a préparé un bateau et on peut en profiter quelques heures.

Ce n'est pas un mode de vie, mais un loisir que l'on consomme en pratiquant quelques heures de voile dans la journée. En général, les daysailers sont des bateaux de taille petite à moyenne et souvent transportables

Certaines unités plus luxueuses – le Domani S30 ou le Saffier Se 37 Lounge – disposent d'une cabine et d'un confort permettant la nuit à bord, mais ne sont pas utilisé en ce sens.

Des canots automobiles

Les canots automobiles ne sont pas des bateaux de mer, mais de lacs ou de rivière. Compte tenu de leur homologation et de leur design très bas sur l'eau, il doit faire beau et chaud pour s'adonner ou pilotage. On retrouve dans l'utilisation du canot, un plaisir similaire à celui procuré par la voiture de sport ou la moto.

C'est une pratique hédoniste, où l'on s'attache à l'esthétisme, à l'émotion visuelle et aux références historiques. Riva — canots automobiles des années 60 — a toujours fait rêver et les chantiers tentent de renouveler ce design typique.

Un hall entier dédié aux powerboats

Pour la 2e année consécutive, le Boot Düsseldorf consacrait un hall entier (le hall 4) à l'univers du bateau de wakeboard et de ski nautique.

Les sports nautiques sont plus à même d'être pratiqués sur lac. Notamment, ces modèles capables de produire leurs propres vagues (Sea Ray, Glastron…) pour s'adonner au wakesurf ou au ski nautique. On s'adresse ici à une clientèle plus jeune que celle des canots automobiles avec des modèles colorés, très design, qui proposent beaucoup d'électronique (musique, écrans de navigation…).

Contrairement au plaisir de l'esthétisme du canot automobile, le bateau est utilisé ici comme un outil de loisirs sportifs.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...