SailGP, une première étape prometteuse pour les Français

L'équipe française de SailGP

Ce weekend de la mi-février 2019 se déroulait la première étape du nouveau circuit SailGP. Après deux jours intenses de régates, les Français terminent à la 5e position du classement, à égalité avec les Chinois (4e). Une première épreuve qui leur a permis de montrer leur potentiel alors que certains équipiers découvraient le circuit pour la première fois

Une première épreuve prometteuse pour les Français

Ce samedi 16 février 2019 s'achevait la première épreuve du circuit SailGP en Australie après deux jours de régates en F50. Ce sont les Australiens menés par le skipper Tom Slingsby qui remportent cette première série de régates disputées en baie de Sydney. Les Japonais — mené par l'Australien Nathan Outteridge (ancien équipier d'Artemis Racing sur la Coupe de l'America), terminent sur la 2e place du podium, au terme d'une lutte acharnée.

Ces deux équipes maitrisent parfaitement le catamaran et se distinguent des quatre autres équipages. Supérieures en vitesse et en manœuvre, elles sont un exemple pour leurs concurrents, qui régatent à peu près tous au même niveau. En effet, les poursuivants anglais, américains, chinois et français constituent un groupe homogène en matière de maitrise et de compétition.

Les Français — dont la majorité de l'équipage est composé de spécialistes de la voile olympique — abordaient cette première épreuve avec humilité. Composé il y a six mois à peine, le team est conscient de ces forces et de ces faiblesses. Avec seulement 8 jours d'entrainement à bord de ces bolides, l'équipe tricolore a montré un comportement prometteur avec une évolution dans le classement tout au long des 5 régates disputées dans un vent faible (moins de 10 nœuds).

Avec des manches en 6e, 5e, 3e, 4e et 4e positions, quelques jolis départs et une capacité à revenir dans le match au près lorsqu'ils sont dominés, Billy Besson, Marie Riou, Matthieu Vandame, Olivier Herledant et Timothé Lapauw ont quelques bons points sur lesquels s'appuyer.

Contents de leur prestation

"Pour tout vous dire, c'est rare de me voir aussi satisfait en étant en bas du tableau, mais les bateaux sont tellement fantastiques, tellement passionnants qu'il y a un réel plaisir à se voir progresser d’heure en heure" se réjouit Billy Besson à l'issue des deux dernières régates en flotte disputées ce samedi. "Au près, nous avons une bonne attitude d’attaquants, nous avons été incisifs et opportunistes alors qu’il n’était pas facile d’aller au bon endroit tactiquement et il y a eu quelques bons départs. On est contents de notre prestation, mais il faut garder la tête froide. On est encore loin des autres techniquement et on a besoin de progresser notamment au portant et dans les manœuvres."

 "C'était trop court ces deux jours !" regrette une Marie Riou radieuse à son retour à terre. "Il y a eu de belles choses. La journée de vendredi aurait pu être une super journée — les Français, 3e de la première manche, commettent une erreur en fin de parcours —, c’est dommage. Mais à part ça, on a réussi à naviguer au contact des premiers. Notre équipe est top. On travaille dans un super état d’esprit. Billy est de plus en plus à l’aise sur le bateau, il a déjà pris ses marques. On progresse de jour en jour, on va continuer sur cette lancée."

Rendez-vous en mai 2019 aux États-Unis

La prochaine étape aura lieu la côte ouest des États-Unis, à San Francisco, les 4 et 5 mai prochain. En attendant cette deuxième épreuve, les marins vont s'octroyer quelques jours de repos avant de retourner naviguer sur leur circuit habituel respectif : Matthieu, Olivier et Timothé embarqueront en GC32 (équipes Norauto et Alinghi) et Billy Besson et Marie Riou sont engagés dans une 2e campagne olympique en duo en Nacra 17.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...