Il n'existe pas de carte du monde parfaite (2/2)

Planisphère de 1979 par l'Australien Stuart Mac-Artur avec le sud en haut

Si la projection Mercator est bien la référence des marins, d'autres formes de cartographie apportent une autre vision du monde. En effet, il ne peut pas y avoir un seul type de carte standard. Découvrons la diversité des projections et rappelons-nous qu'aucune carte ne détient la vérité absolue.

De nombreuses visions du monde

Il existe de nombreuses manières de représenter le monde sur des cartes. Voici plusieurs exemples de projections qui ont fait ou feront référence.

Google Maps

Pour remplacer la projection de Mercator, de nouvelles visions du monde sont apparues récemment. À commencer par le géant Google, qui pour représenter la terre a définitivement abandonné le planisphère au profit d'un globe pour son application Google Maps.

Equal Earth

Au mois d'août 2018, des cartographes ont également proposé un nouveau planisphère appelé Equal Earth, immédiatement adopté par les climatologues de la NASA. Il respecte les surfaces tout en minimisant la déformation des continents. Cependant, pour nous les marins, elle n'est pas à angle constant.

Gall-Peters

Un mois plus tard, des étudiants américains ont vu leur habituelle projection de Rombinson (assez similaire à la projection d'Equal Earth) disparaitre au profit de celle de Gall-Peters. Cette cartographie qui date de 1973 respecte les surfaces relatives des continents, même si elle les étire vers l'Équateur et les élargit aux pôles.

Goode

Parmi les autres représentations figure celle de Goode en forme de "pelure d'orange" qui respecte les angles et minimise les distorsions géométriques. Mais dans cette projection, la représentation des océans n'a aucun sens.

Postel

Il existe également des projections qui offrent une vision du monde totalement différente comme la projection azimutale polaire de Postel (1581), utile pour les navigations arctiques. Elle place le pôle Nord au centre de la carte. Si elle respecte les distances et les directions par rapport à son centre, elle déforme beaucoup les continents en s'éloignant du centre. Pour l'anecdote, cette carte apparait dans le logo de l'ONU.

Choisir comment représenter sa carte

Chaque auteur de carte a fait le choix de sa représentation. Une carte n'a pas forcément le nord orienté vers le haut, car dans l'espace il n'y a ni haut ni bas. Il existe de nombreux exemples :  

-       Au Moyen-Âge, les cartes étaient centrées vers l'est,

-       En 1979, l'Australien Mc Arthur représente une carte avec le sud en haut, pour se démarquer d'une vision trop européano centrée.

-       En 2002, l'académicien chinois des sciences sociales Hao Xiaoguang dévoile une projection centrée sur l'hémisphère méridional. Elle devient la carte officielle de la République populaire de Chine.

De la même manière, si les planisphères sont tous centrés sur le méridien de Greenwich pour des raisons pratiques (océan pacifique sur les bords du planisphère), l'orientation diffère selon les pays.

Alors, laquelle choisir ?

Peut-on penser que la représentation de Mercator vit ses dernières heures après 450 ans de bons et loyaux services ? La globalisation et notre représentation du monde changent et nous avons besoin de nouvelles cartes pour l'appréhender. Mais pour nous les marins, qui confient notre cap à une carte marine, la projection de Mercator restera la plus pertinente - tant qu'on ne se s'approche pas trop des pôles. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Cartes marines

Et si toutes nos cartes étaient fausses ? (1/2)