S'amarrer à couple, comment s'y prendre ?

Arrière port du Palais à Belle île en Mer © Bateaux.com

S'amarrer à couple est une manœuvre de port parfois nécessaire quand la place manque. On utilise aussi cette méthode lors d'un passage d'écluse ou pour s'amarrer sur des tonnes dans certains ports. Afin de réussir cette manœuvre en toute sérénité quelques précautions et un peu de technique s'avèrent indispensables.

Il est peu probable qu'un plaisancier ait l'outrecuidance de refuser que vous vous mettiez à couple de son bateau. Mais attention à l'homonyme, car il peut tout légitimement refuser de se mettre en couple avec votre bateau ou même s'opposer à un "accouplement" de vos bateaux.
En effet depuis le milieu du XVIe siècle, s'amarrer à couple, c'est mettre les couples d'un bateau (donc son flanc) contre les couples d'un autre. On pourra trouver un, deux, trois et parfois 4 bateaux les uns contre les autres.
Donc nous, les marins, pouvons dire sans erreur "se mettre à couple à trois !" Cependant, nous éviterons de dire se mettre à triple, en trio ou encore s'amarrer en ménage à trois.

De nombreux thoniers à couple au port de Groix

L'amarrage à couple diffère très peu d'un amarrage le long d'un quai. Lors de votre approche, vous devrez prendre en compte quelques critères afin de choisir le "bon" bateau. Et pour bien se mettre à couple, quelques précautions simples vous permettront de réussir cette manœuvre.

Les choix à faire pour l'amarrage à couple

  • La taille du bateau qui nous reçoit
    Vous porterez votre choix sur un bateau d'une longueur comparable à la vôtre. L'idéal serait de pouvoir s'amarrer le long d'un bateau légèrement plus grand.
  • La hauteur du franc-bord
    Sélectionnez un navire dont le franc-bord est comparable au vôtre. Outre le confort obtenu lors du passage d'un navire à l'autre, cela évitera aux chandeliers de finir sous les filières de l'autre bateau.
  • La forme de coque.
    Certains navires ont des formes incompatibles pour un amarrage à couple. Une vedette à la coque très tulipée aura du mal à trouver sa place le long d'un voilier de même taille, car les pare-battages n'appuieront pas convenablement contre les œuvres mortes.
  • Les gréements
    C'est le point le plus sensible lors de l'amarrage à couple de voiliers. Il est impératif de faire en sorte que les barres de flèches ne puissent se heurter ni même ne se toucher. Durant la manœuvre, positionnez les bateaux pour que les gréements soient écartés d'au moins 1 m. En général, il est judicieux de s'amarrer tête-bêche pour éloigner les gréements et faciliter le passage d'un bateau à l'autre.
  • Le poids des bateaux
    Un navire très lourd, en acier ou en bois, ne doit pas se mettre à couple d'une embarcation plus fragile au risque de l'endommager. Si vous êtes sur le petit bateau à quai, n'hésitez pas à laisser votre place et vous manœuvrerez pour vous mettre à couple de l’arrivant.

Le bon usage et le savoir-vivre pour se mettre à couple

Si pour des raisons d'intimité ou de tranquillité vous n'appréciez pas l'amarrage à couple, profitez-en pour passer la nuit ou l'après-midi au mouillage. Vous pourrez jouir sans entrave d'espace et de calme. Mais parfois, nous n'avons pas le choix alors mieux vaut s'y préparer et respecter quelques règles.

  • Il est d'usage d'accepter un bateau à couple et parfois c'est la capitainerie qui l'exige. Mais ce n'est pas une raison pour s’abstenir d'une demande polie auprès du capitaine, s'il est à bord.

 

  • Lors de l'approche, manœuvrer très proprement. Il faut tranquilliser le bateau voisin en arrivant avec calme et assurance. Préparez suffisamment de défenses et d'aussières pour ne pas être pris au dépourvu.

 

  • Si le bateau sur lequel vous comptez vous appuyer part dans peu de temps, veillez à rester à bord pour la manœuvre de port ou bien changez de place.

 

  • Lors de l'abordage (pacifique), évitez d'agripper un chandelier pour stopper l'erre de votre bateau. Montez à bord du voisin sans fracas : une manœuvre réussie ne se fait jamais dans la précipitation.

 

  • Et de nuit, soyez particulièrement discrets, car le dormeur réveillé à coups de botte sur le pont est rarement de bonne humeur.

 

  • Quand on se déplace d'un bateau à l'autre, pour préserver un peu l'intimité c'est par la plage avant que l’on circule aussi furtivement que possible.

À couple, l'amarrage se fait à terre

En arrivant le long du bateau, vous frappez vos amarres sur les taquets de votre voisin, à commencer par les traversières et les gardes. Mais le bateau sur lequel vous vous appuyez n'a pas vocation à vous tenir !

Alors dans la mesure du possible, vous porterez les aussières servant de pointes à terre. Vos amarres, en particulier vos gardes, stabilisent la position des bateaux (attention aux barres de flèche).

Schéma d'amarrage à couple

  • 1- Pointes avant
  • 2- Pointes arrière
  • 3- Traversières
  • 4- Gardes avant
  • 5- Gardes arrière

Enfin, on peut s'interroger sur les tarifs et les pratiques portuaires lorsqu'ils demandent de se mettre à couple.
En effet, accéder au ponton en traversant trois plages avant avec de jeunes enfants n'est pas aisée. Ou bien se faire réveiller par le fracas d'un équipage festif qui rentre (comme il peut) à son bord peut faire regretter l'amarrage à couple.
On peut déplorer qu'en général les capitaineries pratiquent les mêmes tarifs que l'on soit seul au ponton ou accompagné de 3 bateaux à couple, alors que le plaisancier n'a pas les mêmes prestations.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...