Web série / L’achat du voilier, un moment clé pour une grande croisière

Nous avions laissé le futur équipage de Tacum au moment où il vient de découvrir son futur voilier. Avant de se lancer dans une année sabbatique, les voilà qui doivent avant tout régler l'achat de leur Gib'Sea 472. Ghislain nous raconte cette étape importante qui ne se résout pas en un coup de baguette magique.

De retour à la maison, Léopoldine me décrit Tacum en détail (je n’ai pas assisté à la visite du bateau), avec de nombreuses photos en support. Nous appelons également Lionel pour avoir son regard d’expert. Nous arrivons rapidement à la conclusion que nous devons faire une proposition aux propriétaires. Le tout est d’en définir le montant et il faut pour cela chiffrer les travaux à réaliser. Lionel nous fait dresse la liste suivante : Le moteur semble avoir été bien entretenu (nombreuses factures à l’appui) mais il approche les 4000 heures. Il faut prévoir une grosse révision : 3000 €. Le portique est suffisant pour tenir les panneaux solaires et une annexe légère, mais il devra être remplacé, car on ne peut pas compter dessus pour un programme long : 4500 €. Le vit-de-mulet est en mauvais état et devra être changé : 1000 €. L’électricité générale devra être revue pour satisfaire aux besoins de longues traversées : 4000 €. L’électronique devra être mise à niveau : 2000 €. Le liston de la jupe a un éclat qu’il faudra réparer, les voiles doivent être vérifiées par un professionnel, tout comme la timonerie et l’accastillage général. En ajoutant les petites surprises, il faut compter un budget d’environ 20 000 € pour cette remise à niveau.

Tacum Gib'Sea 472

Compte tenu de notre budget global, dans l’idée du bateau "prêt à partir", nous décidons du montant à proposer au propriétaire, par l’intermédiaire du courtier.

Proposer le juste prix

L’acheteur et le vendeur ont le même souci du juste prix, lorsque les deux sont tenus de compter. Malheureusement ce qui est un plus pour l’un est un moins pour l’autre. Les vendeurs de Tacum ont l’avantage d’être trois et l’un d’eux est toujours prêt à raviver le moral de ses compères lorsqu’ils sont sur le point de flancher et d’accepter une proposition plus basse que leur souhait initial. Nous entamons avec eux une courte, mais âpre négociation qui se termine à 95% du prix de l’annonce et satisfait les deux parties.

Il ne reste plus qu’à écrire le compromis de vente. Nous sommes au mois de juin et le transfert de propriété, ce moment qui nous verra enfin propriétaires de notre embarcation, qui nous permettra de clamer dans les dîners chics que "nous passerons le weekend suivant à Porquerolles sur le bateau", n’interviendra qu’au mois d’octobre.

Place à la rédaction du (complexe) compromis

La rédaction de ce compromis, qui passait alors pour une formalité, est devenue un chemin de croix. Le sujet était pourtant peu complexe : les vendeurs s’engageaient à nous vendre le bateau au mois d’octobre en bon état, sans dommage par rapport au moment de la première visite, sous réserve de visite complémentaire satisfaisante des œuvres vives. Et pourtant…

Tacum Gib'Sea 472

Une quinzaine d’allers/retours ont été nécessaires pour trouver la bonne terminologie, le mot parfait qui garantira la sécurité de chacun des protagonistes dans le cas où l’autre partie ferait défaut. Zeus, Poséidon et Thémis (leur collègue du ministère de la Justice), accoudés à leur nuage, sirotant une ambroisie, devaient observer notre excitation avec tendresse et amusement. Quel joyeux spectacle en effet, que celui de deux groupes d’honnêtes gens essayant, chacun dans son coin, d’imaginer les coups tordus assénés par l’autre groupe, qui n’y a jamais pourtant jamais pensé. Quelle naïveté ! Peut-être nos trois dieux faisaient-ils des paris ? "en bon état"… Comment mesure-t-on un bon état ? "Sans dommage par rapport à la dernière visite"… et l’usure normale ? Et pour quel motif quantifiable une analyse des œuvres vives rendrait-elle caduc le compromis signé ? Terrorisés à l’idée de commettre une erreur majeure, nous appelons à l’aide des amis notaires qui nous poussent à être plus exigeants encore que nous l’étions.

Finalement nous trouvons le bon emplacement des points et des virgules, chaque mot est vérifié dans plusieurs dictionnaires et le compromis est relu par six personnes différentes pour s’assurer du sens. Je n’exagère ni le côté grotesque de la situation ni les efforts produits…

Nous signons au mois de mai le compromis par échange de courriers électroniques, nous versons notre acompte… Alors que je n’ai toujours pas vu le bateau. Qu’importe, c’est fait.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Gib'Sea 472, la fiche technique

MarqueGibert Marine
ArchitecteJoubert & Nivelt
Longueur de coque14.20
Largeur4.30 m
Tirant d'eau2.00 m
Catégorie CEA
Déplacement lège11 500 kg
Surface de voilure au près109 m2
Nombre de moteurs maximum1
Carburant350 L
Voir la fiche technique du Gib'Sea 472
Reportage : Année sabbatique sur Tacum

La recherche de notre voilier idéal

Comment démarrer un projet de grande croisière en famille ?