Record de l'Atlantique Nord : Top départ pour Alan Roura


Le skipper suisse Alan Roura s'est élancé ce jeudi 11 juillet 2019 sur la traversée de l'Atlantique Nord à bord de son IMOCA La Fabrique. Le marin et son bateau ont quitté New York à à 19 h 25 TU (21 h 25 heure française).

Départ pour le Record

La fenêtre météo guettée par Alan Roura et son équipe était la bonne. Ainsi, Alan Roura a quitté New York ce jeudi 11 juillet 2019 direction le Cap Lizard, en Angleterre. L'IMOCA La Fabrique a franchi la ligne fictive de départ, au large du phare d'Ambrose à 19 h 25 TU (21 h 25 heure française). L'objectif pour le jeune skipper suisse est de battre le record de l'Atlantique Nord en monocoque, détenu par Marc Guillemot sur Safran depuis 2013, en 8 jours 5 heures 20 minutes et 20 secondes.

Après un départ dans 10 nœuds de vent dans la baie de New York, les conditions de la journée de vendredi seront plutôt musclées avec 40 à 45 nœuds de vent. Il faudra ensuite tenir le rythme des dépressions filant d'ouest en est, avant de peut être se retrouver freiner en approche de la Manche - la faute à l’anticyclone des Açores, parfois situé très Nord.

" Je commence à être un petit peu stressé depuis hier (mercredi) mais j'ai hâte d'y aller ! Depuis le temps que j'y pense à ce record… En tentant de le battre, je me confronte quand même à de sacrés marins. Mais je ne vais rien lâcher, tout donner pour y arriver. Le bateau et prêt, reste à voir ce que sera vraiment la météo et ensuite, c'est au bonhomme de faire le job" s'est exprimé Alan Roura avant son départ.

© La Fabrique Sailing Team

Un bon entrainement avant le Vendée Globe

" C'est la meilleure idée qu'on puisse avoir un an avant le Vendée Globe. C'est un super parcours, un entraînement très intéressant, qui demande beaucoup d'engagement. L'idée d'Alan est vraiment bonne, j'aime les gens qui aiment naviguer, aller à l'affrontement. Le Vendée est tellement difficile que je trouve ça vraiment génial de se préparer avec ce type de parcours. Et puis c'est un super défi, il y a un véritable enjeu : avoir le meilleur temps en solo en IMOCA, c'est quand même sympa.

Un conseil pour Alan ? Qu’il fasse sa course. Le chrono est une chose, mais qu'il fasse ça le mieux possible. Le plus important niveau sécurité, c'est qu'il faut rester extrêmement vigilant jusqu'à Terre Neuve. Les premières 50 heures de traversée vont être difficiles, dans une zone très fréquentée et avec peu de visibilité. On est donc un peu rincé dès le début.

Autrement je n'ai pas de leçon à lui donner, Alan est un bon marin, plein de qualités et je connais bien le bateau qu'il a amélioré. Il a tout ce qu'il faut pour aller vite et améliorer ce temps si la météo le lui permet. Ça va être passionnant à suivre" a expliqué Marc Guillemot.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Gérard FAURE - 6 jours
Le lien avec la cartographie est très pratique.
Ajouter un commentaire...