Sail GP, une 4e étape favorable aux Français malgré le gros temps

L'équipe française du circuit Sail GP

Ce weekend se déroulait à Cowes (Angleterre), la 4e et avant-dernière étape du circuit Sail GP. En raison de conditions météo très musclées, les manches du samedi 10 ont été annulées. Ce sont donc 3 manches, courues dans du gros temps, le dimanche 11 août sur les rives du Solent et de l'ile de Wight, qui a permis de départager les F50 volants.

Record de vitesse pendant les entrainements

Lors des sessions d'entrainement, l'équipe anglaise menée par Dean Fletcher a passé le premier le seuil des 50 nœuds (92,6 km/h). D'autres équipes ont depuis passé cette barre symbolique des 50 nœuds, avec un nouveau record à 51,2 nœuds pour les Australiens.

Un show sensationnel

Le mauvais temps a eu raison des six équipages engagés à Cowes en Angleterre. Ainsi, après une première journée de régate annulée, les F50 se sont affrontés sur 3 manches dans des conditions musclées ce dimanche 11 août. Plan d'eau venté, courant fort et vagues ont rythmé les courses.

Sur la première course, l'équipe américaine a chaviré sur le premier bord de reaching, peu après le départ. Les Anglais ont subi une avarie technique après un violent plantage. L'équipe française a pour sa part, terminé 4e de cette manche, après un bon départ.

Seuls 5 bateaux se sont présentés sur la 2e manche, les Anglais étant contraints à l'abandon après leur avarie. Après un départ dans le groupe de tête, l'équipe menée par Billy Besson et Marie Riou a subi une pénalité pour avoir mordu les limites de parcours. Ils sont alors passés de la 2e place à la dernière.

Enfin, la dernière manche a permis aux tricolores de flirter avec les Japonais et l'équipe leader australienne et de décrocher une 2e place. L'équipe française termine donc à la 4e place du classement général. Un résultat encourageant, comme l'explique Billy Besson :

"C’était une bonne journée ! Déjà on a managé les hommes et le matériel et on a aussi réussi à faire de belles choses. Le travail qu’on a mis en place est positif, toute la semaine nous avons progressé et nous avons fait de bonnes manœuvres. On a poussé le bateau un peu plus dans ses retranchements et j’espère que ça s’est remarqué notamment sur la dernière course. On a encore à apprendre notamment sur notre pénalité, mais au moins on sait qu’on peut faire des places devant. On a poussé le bateau et l’équipe un peu plus loin aujourd’hui. On est ravi de finir par cette petite manche de 2 qui est encourageante pour la suite."

La dernière étape du circuit Sail GP se jouera désormais en territoire français. Rendez-vous à Marseille les 20, 21 et 22 septembre 2019 pour la grande finale.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...