Armel Tripon dévoile son IMOCA à nez rond

© Pierre Bourras - L'occitane en Provence

Comme le montre la tendance actuelle, l'étrave scow a le vent en poupe, la preuve en est avec les victoires de ces nez ronds sur la Mini Transat et la Transat Jacques Vabre 2019. C'est donc cette conception qu'ont retenue Armel Tripon et l'architecte Sam Manuard pour la conception de l'IMOCA L'Occitane en Provence.

Un IMOCA novateur

Le skipper Armel Tripon dévoile son IMOCA — dont l'architecture tranche radicalement avec les codes actuels — L'Occitane en Provence. À 44 ans, le nantais participera à son premier Vendée Globe à bord d'un foiler flambant neuf dessiné par Sam Manuard, une première pour l'architecte, et construit par le chantier nantais Black Pepper Yacht.

Si son design tranche véritablement avec les autres foilers, on notera d'abord la carène de scow. Cette conception qui a d'abord fait ses preuves en Mini vient d'être adaptée en Class40 sur Crédit Mutuel, à bord duquel Ian Lipinski vient de remporter la Transat Jacques Vabre 2019, malgré une mise à l'eau tardive. Serait-ce le concept gagnant ?

© Pierre Bourras - L'occitane en Provence

Une carène de scow

Toujours est-il que cette étrave volumineuse — que l'on peut comparer à une spatule de ski — permet de passer les vagues sans "arrêt au buffet". Les IMOCA ont tendance à très vite décélérer dans les paquets de mer et les chocs peuvent être très violents. Cette conception plus évolutive devrait ainsi permettre d'obtenir une meilleure vitesse moyenne, notamment dans le Grand Sud, où se déroule près de 70 % de la course, aux allures portantes.

© Pierre Bourras - L'occitane en Provence

Un pont flush-deck

Le pont flush-deck est légèrement convexe pour que l'eau s'écoule le plus rapidement possible. S'il permet de rester en léger en navigation, cette forme permet également de matosser plus facilement.

Un cockpit étroit

Le cockpit est assez étroit et refermé un peu comme sur un Class40. Il permet d'optimiser les manœuvres en ayant tout sous la main sans trop se déplacer et d'améliorer la sécurité. Cette ergonomie permet également de baisser le centre de gravité du cockpit et de son équipement. Sa position reculée dégage de l'espace à la fois sur le pont et à l'intérieur pour matosser efficacement. Ce dernier devrait être protégé par une casquette à vision frontale qui permettra de garder un œil sur les voiles.

© Pierre Bourras - L'occitane en Provence

Une largeur réduite

La largeur du bateau est modérée, pour réduire les surfaces développées pont/coque et réduire la masse du bateau. La forme de coque reste puissante pour conserver de la stabilité en particulier lorsque le bateau évolue à faible vitesse lors des manœuvres d'empannages notamment.

Des foils déportés

Enfin, les foils déportés seront de grandes dimensions permettant de générer du RM dynamique avec peu de trainée, pour se "rapprocher du mode de fonctionnement d'un trimaran." Ils pourront se relever pour ne pas trainer dans l'eau dans le petit temps ou dans le gros temps pour calmer le jeu.

Le bateau sera mis à l'eau fin janvier à Nantes avant de gagner son port d'attache de la Trinité. Armel Tripon participera alors à la Transat Anglaise en solitaire en mai 2020 puis à la transat retour toujours en solitaire "New York — Vendée". Après un chantier d'hiver — qui se déroulera à l'été — L'Occitane en Provence prendra le départ du Vendée Globe 2020.

© Pierre Bourras - L'occitane en Provence

Les mots de l'architecte, Sam Manuard

"Nous avons basé notre réflexion sur le principe d'efficience dans le cadre du Vendée Globe. Comment un homme seul dans un milieu hostile et en charge de sa propre sécurité peut-il exploiter au mieux le potentiel de son bateau ? Comment réussir à pousser le bateau tout au long du parcours et en particulier dans le Grand Sud ? C'est cette grille de lecture qui nous a amenés à prendre ces choix. Nous voulons un bateau facile et homogène, qui préserve au mieux son skipper. La dernière Transat Jacques Vabre l'a encore démontré, ces nouveaux Imoca sont très rapides, mais très exigeants à mener, et nombreux skippers considèrent qu'ils ne pourront pas tenir ces cadences de double en mode solo."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...