Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

La troisième édition de la DRHEAM-CUP, dont le départ sera donné le dimanche 19 juillet à Cherbourg-en-Cotentin à destination de La Trinité-sur-Mer, sera le théâtre du tout premier Grand Prix de France de Course au Large. Le plateau s’annonce une nouvelle fois très riche, avec plus de 80 bateaux attendus sur les trois parcours, dont trois Ultimes, autant de Multi50, 25 Figaro Bénéteau, une douzaine de Class40, plusieurs Multi 2000 et de très nombreux IRC, en double et en équipage.

Il y aura bien un Grand Prix de France cet été ! Si celui de Formule 1, qui devait avoir lieu le 28 juin au Castellet, a dû être annulé, celui de Course au Large, premier du nom, s’élancera de Cherbourg-en-Cotentin le dimanche 19 juillet. Un nouveau label pour la DRHEAM-CUP, souhaité par son organisateur, Jacques Civilise : « A l’origine, nous avions labellisé cette troisième édition Open de France de Course au Large. Mais comme cette appellation Open de France existait déjà en voile légère, nous avons décidé, afin d’éviter toute confusion et en bonne intelligence avec la Fédération Française de Voile, d’opter pour ce terme de Grand Prix de France de Course au Large. L’idée sous-jacente est la même : réaffirmer le caractère spécifique de la course au large parmi les univers très différents de la voile. Un événement ouvert à tous types de supports, à tous les marins, professionnels comme amateurs, et à tous les formats, équipage, double et solitaire ».

Et il y en aura effectivement pour tous les goûts à l’occasion de la toute première course multi-classes de la saison, qui réunira plus de 80 bateaux entre Cherbourg-en-Cotentin et La Trinité-sur-Mer. Trois trimarans Ultimes de 32 mètres, le Maxi Edmond de Rothschild (Franck Cammas/Charles Caudrelier), Sodebo Ultim’ (Thomas Coville) et Actual Leader (Yves Le Blevec), s’aligneront ainsi sur le plus grand parcours, la DRHEAM-CUP 1100 (1100 milles). Sur la DRHEAM-CUP 700 (736 milles), sont attendus plusieurs Multi50, dont Solidaires en Peloton-ARSEP de Thibaut Vauchel-Camus et Leyton, qu’étrennera en course son skipper Arthur Le Vaillant (le bateau s’appelait auparavant Arkema, vainqueur de la première édition de la DRHEAM-CUP en 2016). Entre 10 et 15 Class40 seront également de la partie, dont le récent Banque du Léman du duo suisse Valentin Gautier/Simon Koster ou le plan Lombard tenant de la DRHEAM-CUP (et de la Route du Rhum), alors mené par Yohan Richomme, désormais par Nicolas Jossier, ainsi que plusieurs Multi 2000 (barrés notamment par les skippers de La Trinité-sur-Mer que sont Charlie Capelle et Yann Marilley).

Le plus gros de la flotte s’alignera sur la DRHEAM-CUP 400 (428 milles), avec entre 35 et 40 IRC, menés en double et en équipage, et environ 25 Figaro Bénéteau 3, la DRHEAM-CUP-GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE étant qualificative pour la 51eédition de la Solitaire du Figaro qui s’élancera fin août. A un peu plus d’un mois de cette dernière, les « cadors » actuels de la classe seront donc au départ de Cherbourg-en-Cotentin pour affiner leur préparation, d’Armel Le Cléac’h au Cherbourgeois Alexis Loison en passant par Fabien Delahaye et Gildas Mahé. Autant dire que comme lors des deux précédentes éditions, la DRHEAM-CUP-GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE récompensera une nouvelle fois de très beaux vainqueurs.

Elle mettra également à l’honneur les clubs et, nouveau clin d’œil à la Formule 1, les constructeurs, avec des trophées spéciaux GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE qui seront remis à ceux qui se seront illustrés entre Cherbourg-en-Cotentin et La Trinité-sur-Mer.

Et comme pour mieux symboliser l’esprit d’ouverture qui fait partie de l’ADN de la DRHEAM-CUP-GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, la Marine nationale sera associée à la fête, comme le confirme la direction de la communication et du rayonnement de la Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord : « La Marine nationale est un partenaire privilégié du monde de la voile. A travers leurs valeurs communes, marins et skippers se retrouvent, évoluant tous deux dans un milieu hautement exigeant qu’est la mer. Goût de l’effort, combativité et esprit d’équipage sont les clés de la réussite d’une course au large comme d’une opération de sauvetage en mer. 365 jours par an, 24h sur 24h, sur toutes les mers du monde, la Marine nationale est prête à intervenir. Pour ce premier Grand Prix de France de Course au Large, le patrouilleur de service public Flamant, basé à Cherbourg, accueillera à son bord le comité de course de la Fédération Française de Voile pour donner, en rade de Cherbourg, le top départ aux différents concurrents, avant de poursuivre ses missions. »

Ajouter un commentaire...