Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

La mer se calme, un peu, doucement…

«Yves a pu se reposer un peu ces dernières heures, c’est maintenant au tour d’Alex... c’était vraiment nécessaire », précise Ronan Deshayes directeur technique du Team Actual Leader, en lien permanent avec le bateau. Les conditions météo s’améliorent dans l’Atlantique Sud pour le trio Actual Leader qui a réussi à franchir sans gros dommage matériel une très mauvaise passe entre Rio et Cape Town : une nouvelle belle étape de franchie sur cette Brest Atlantiques pour Yves, Alex et Ronan. Devant les étraves rouges et noires, une éclaircie se profile…

« La mer se calme, un peu, doucement. Il y a toujours cette houle de face qui fait bondir le bateau dès que l'on accélère. D'après les modèles météo, elle va beaucoup diminuer dans la journée. Le vent va adonner, nous serons plus portant : il y aura moins de vent apparent, moins de mouvements parasites et moins d'eau sur le pont. Peut-être même que l'on verra un bout de ciel bleu, que nous n'avons pas vu une seule fo is depuis Rio ! », écrivait Yves Le Blevec, skipper de l’Ultim Actual Leader, ce lundi matin.

« C’est l’enfer ! »
Les 4 trios engagés sur Brest Atlantiques viennent en effet d’affronter des conditions météo extrêmement rudes depuis qu’ils ont tourné le dos à la baie de Rio de Janeiro pour faire route vers le Cap de Bonne Espérance… Dans des vents contraires soutenus et surtout face à une mer hachée croisée, casse-bateaux, les équipages ont du faire le dos rond… tout en allant le plus vite possible de façon à rester dans le système météo qui leur permettait de progresser vers l’est. Être contraints de pousser son bateau dans ces vagues dangereuses fut physiquement et psychologiquement très rude pour tous : « On se fait secouer, c’est l’enfer ! On est obligé de se tenir en permanence. Je suis sûr que l’on maltraite le bateau. Il y a des pics d’efforts incroyables dans ces mers-là : on joue avec les limites de résistance du bateau », expliquait Yves Le Blevec avant-hier. Cet enfer est ce matin dans leur sillage...

Respiration
La flotte des Ultims de Brest Atlantiques est ce lundi en approche de la zone des glaces. Ils vont contourner l’anticyclone de Sainte-Hélène par son sud. La brise, désormais travers à leur route, va progressivement continuer « d’adonner » en s’orientant au nord puis à l’ouest lorsqu’ils seront en dessous de l’anticyclone. Au fur et à mesure de cette rotation, Yves et Alex vont enfin pouvoir ouvrir les voiles de leur géant : ils seront « avec » le vent au lieu de « lutter contre ». Cette brise va rester très maniable avec 15 à 20 nœuds attendus jusqu’à Cape Town. « La houle, en revanche, restera croisée. C’est toujours comme ça dans cette zone de navigation », détaille Christian Dumard, leur routeur, « mais elle va s’assagir sensiblement, il y aura bientôt moins d’un mètre de creux », Bref, Yves, Alex et Ronan vont pouvoir respirer après ces trois jours de très grosse tension.
Accélération
La deuxième bonne nouvelle du matin c’est que, du fait de leur décalage Ouest, le trio Actual Leader va bénéficier de meilleures conditions météo que les bateaux de tête : « l’anticyclone va remonter vers le sud. Les premiers vont commencer à buter dedans, mais Actual Leader va pouvoir glisser sur une route plus directe et, normalement, sans avoir à empanner, contrairement aux premiers », explique Christian.
Yves et Alex vont à coup sûr profiter de cette belle opportunité pour accélérer dès que l’état de la mer le permettra.

Inspection
Leur deuxième préoccupation sera bien sûr aussi de faire un tour complet du bateau. « L’état de la mer ne leur permet pas encore d’aller dans les coques, à l’avant, pour inspecter le bateau. Ils devraient pouvoir le faire dès demain, mais vu leurs vitesses moyennes de ce matin (près de 30 nœuds sur 4 heures) c’est que tout va bien ! », rassure Ronan.
Reste le trampoline dont une ligne avant s’est détendue : « Yves et Alex l’ont sécurisé, la tension du trampoline est stabilisée, c’est moins confort et moins safe pour le moment, mais le filet ne va pas s’arracher », poursuit le directeur technique.

Une belle éclaircie se profile donc devant les étraves du trimaran et son équipage devrait pouvoir refaire le plein d’énergie pour la suite de ce grand huit Atlantique. Le trio Actual Leader devrait enrouler la marque de parcours au large de Cape Town jeudi soir.

Brest Atlantiques
Actual Leader
Ultim
Ajouter un commentaire...

Publicité