Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Depuis l’éclatante victoire de Sébastien Simon, hier en milieu de matinée, les arrivées de la Bermudes 1000 Race Douarnenez – Brest se succèdent. Et si l’on a assisté à un incroyable dénouement entre les 2e, 3e, 4e et 5e places qui se sont jouées dans un intervalle de six minutes et des poussières, le finish n’a pas été moins haletant pour les accessits avec, là-aussi, des rebondissements de dernière minute.

Pour preuve, le duel entre Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres) et Clément Giraud (Envol by Fortil) a tourné à l’avantage du premier pour seulement deux petites minutes tandis que Damien Seguin (Groupe APICIL) a pris le dessus sur Manuel Cousin (Groupe Setin) dans les 30 derniers milles pour finalement s’imposer avec un bonus de onze minutes sur son adversaire. Des écarts infimes qui témoignent parfaitement de l’intensité de la course. Une course qui est cependant loin d’être finie puisqu’il reste, à cette heure, encore quatre solitaires en mer.

« Le scénario météo faisait que ça revenait par derrière, ce qui a favorisé les rebondissements. Je savais qu’avec mon positionnement au Nord, en attaquant, il y avait moyen de gratter trois places sur la fin. J’y suis parvenu », a commenté Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres) qui a effectué une jolie remontée depuis le passage du waypoint des Açores (et la perte de son J3), et qui s’est finalement octroyé la 7e place, grillant sur le fil Clément Giraud (Envol by Fortil). « Finir deux minutes et 27 secondes derrière Fabrice, c’est un peu rageant, mais c’était vraiment une super course ! », a commenté le Toulonnais qui a plutôt bien tiré son épingle du jeu pour sa première épreuve sur le circuit IMOCA, en solo de surcroît. « On a vraiment fait un super match avec Stéphane Le Diraison, Fabrice Amedeo et Arnaud Boissières. Ça a été super stimulant d’être constamment au contact », a ajouté le navigateur.

Même son de cloche du côté du skipper de la Mie Câline – Artipôle. « C’est resté très incertain jusque dans les derniers milles. On était vraiment cinq dans un mouchoir, et on n’avait pas vraiment idée de l’ordre dans lequel ça allait finir. Pour ma part, j’ai un peu merdé avant le Fastnet. Je suis parti tout seul sur un bord vers l’ouest et en fait ça n’a pas été un bon coup du tout. Après ça, il a fallu trouver les moyens de revenir au score. Je suis un peu déçu de ma 9e place mais je suis quand même content de finir devant Stéphane (Le Diraison) », a déclaré Boissières qui a devancé son ancien concurrent du Vendée Globe de 34 minutes. Un écart, là encore, relativement dérisoire au terme d’un parcours de 2000 milles. Même topo ou presque pour Manuel Cousin (Groupe Setin) et Damien Seguin (Groupe APICIL) que seules onze minutes ont séparé sur la ligne.

« C’est bien d’avoir commencé la saison par une course comme celle-ci. Pour nous, c’était déjà un challenge d’être au départ car le bateau a été mis à l’eau à peine quinze jours avant le début de la course. Le but était de terminer et de prendre un maximum d’infos sur la machine. L’objectif est rempli » a commenté le double champion paralympique de 2.4 mR. « Dès qu’on navigue sur ces bateaux on apprend quelque chose, toutes les sorties sont bonnes à prendre ». Sûr que c’est aussi ce que pourront déclarer les quatre marins toujours en mer depuis l’arrivée, ce samedi à 16h05, de la Britannique Miranda Merron (Campagne de France) en 13e position. Les prochaines ETA ? Celles d’Alexia Barrier (4myPlanet) et de Pip Hare (Superbigou) prévues aux environs de 21 heures puis de 2 heures. Il faudra en revanche être plus patient pour les deux suivants, Ari Huusela (Ariel II) et Denis Van Weynbergh (Eyesea).

Les deux marins qui ferment la marche de cette Bermudes 1000 Race Douarnenez – Brest, composent toujours avec de petits airs erratiques, ce qui complique grandement leur progression vers la pointe Bretagne. Le hic, c’est que leur situation, et en particulier celle du skipper Belge, ne va pas s’améliorer des masses d’ici à l’arrivée puisque la zone de vents faibles qui s’étend sur leur route va remonter en même temps qu’eux. « C’est un bon entraînement pour le Pot-au-Noir », a déclaré avec pragmatisme, Denis Van Weynbergh, qui, pour mémoire navigue avec un ris dans sa grand-voile depuis la rupture de son lashing de têtière de grand-voile. Dans ce contexte, il n’est pas attendu à Brest avant mercredi après-midi.

Bermudes 1000 Race
IMOCA
Sébastien Simon
Fabrice Amedeo
Damien Seguin
Manuel Cousin
Ajouter un commentaire...

Découvrir toutes les caractéristiques du port de Brest - Marina du Château (Finistère) : nombre de places, accès, horaires des marées, zones techniques, contacts et les Avis aux Navigateurs.

A la découverte du voilier #IMOCA. Consultez toutes les caractéristiques du bateau de 18.28 m. construit par le chantier #Multiple

  • 1 avis

    IMOCA - voilier du chantier Multiple

    Le voilier IMOCA est un monocoque course-croisière, construit par le chantier Multiple. Ce voilier Quille pendulaire, gréé en Sloop, mesure 18.28 m de long.