Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Brest Atlantiques. Ce matin, Franck Cammas et Charles Caudrelier, solides leaders de la Brest Atlantiques, se sont offerts un passage à travers l’archipel des Açores. Mais à plus de trente nœuds et dans la nuit noire, l’heure n’était pas exactement au tourisme pour le duo du Maxi Edmond de Rothschild. À 16h, ce lundi 2 décembre, le géant aux cinq flèches pointe ses étraves à moins de 1 000 milles de l’arrivée, 920 milles pour être précis. Il est désormais plus près de Brest que de ses poursuivants pointés à près de 1 300 milles. Les chiffres sont avec eux, mais les hommes du Gitana Team sont des marins bien trop expérimentés pour siffler la fin de la partie. Ils savent que ces derniers milles sont parmi les plus importants. Sans compter que depuis ce matin, ils naviguent au reaching dans un bon flux de Sud à des vitesses oscillant entre 30 et 40 nœuds ; des conditions qui réclament une grande vigilance à la barre et sur le pont. Si les prévisions se confirment le maxi-trimaran armé par Ariane et Benjamin de Rothschild pourrait faire son entrée en rade de Brest au plus tard mercredi matin.

Ce matin, le Maxi Edmond de Rothschild se faufilait au milieu de l’archipel des Açores à plus de 30 nœuds entre les îles de Terceira et Sao Miguel. Ce « Way Point » visé depuis plusieurs jours par leur routeur météo marquait le début d’un bord de reaching (vent de travers, ndlr) assez sportif mais efficace en termes de rapprochement vers le but ! « Nous avons réussi à attraper le bon wagon et on navigue actuellement à l’avant d’un front qui traverse l’Atlantique. Ce front nous permet d’avancer rapidement avec un vent de sud de 18-24 nœuds. Nous allons réussir à rester à l’avant mais en ce moment il y a un anticyclone sur l’ouest de l’Europe, centré sur les Scilly, et nous allons finir par buter dans ces vents faibles. Donc Franck et Charles vont connaître un changement de régime brutal à l’approche des côtes avec un vent qui va passer très vite du sud à l’est », détaillait Marcel van Triest.

À bord du dernier-né des Gitana, le passage entre les îles de l’archipel portugais a également marqué un changement d’ambiance : « Ce matin, j’ai enfilé mon ciré pour la première fois depuis Cape Town. C’est aussi la première fois depuis les latitudes sud que l’on navigue dans une dépression, enfin en avant d’un front. On a beaucoup tourné autour des anticyclones ces derniers temps... On a passé les Açores en fin de nuit. Il ne fait pas encore trop froid mais on sent que l’on entre dans l’hiver européen. La mer n’est pas très bonne depuis notre passage des Açores. On ne va pas attaquer, non seulement car on souhaite préserver le bateau mais surtout car nous avons désormais une avance très confortable sur nos poursuivants pour nous permettre cela », déclarait Charles Caudrelier.

Brest Atlantiques
Ultim
Gitana Team
Ajouter un commentaire...

Publicité