Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Le Figaro, antichambre de l'IMOCA ?

La 50ème Solitaire s’est achevée mercredi après une quatrième et dernière étape qui a vu la victoire d’Eric Péron et confirmé celle de Yoann Richomme au classement général final. A peine remis de cette dernière étape pas moins éprouvante que les précédentes, quelques skippers doubles spécialistes du Figaro et de l'IMOCA ont fait le point sur l'édition 2019 à laquelle ils ont participé.

S'il se confirme qu’il faut être un hyper spécialiste du Figaro pour s’imposer dans La Solitaire, le retour en Figaro pour les skippers IMOCA ne semble pas une épreuve des plus aisées... Quels points communs et différences dans la façon de courir sur un petit bateau (le Figaro) par rapport à un grand bateau (l’IMOCA 60) ? Le circuit Figaro est-il un passage obligé pour gagner les grandes courses en IMOCA ? Et n’est-ce pas difficile de revenir sur le circuit Figaro quand on court en IMOCA ? Les réponses de Yoann Richomme (1er), Michel Desjoyeaux (12ème), Yann Eliès (16ème), Jérémie Beyou (20ème et Thomas Ruyant (38ème).

A quelques mois du départ de la Transat Jacques Vabre et un peu plus d'un an du Vendée Globe, alors que la plupart des nouveaux IMOCA de dernière génération ne sont pas encore à l'eau, la 50ème Solitaire du Figaro était l'occasion pour quelques skippers IMOCA de se frotter à la concurrence figariste, une façon de faire le point sur leur fraicheur physique et leur capacité d’endurance.Grand vainqueur de La Solitaire 2019, Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme) ne boude pas son plaisir et encense la Classe et son Figaro 3 : « Je me suis éclaté avec ce nouveau bateau grâce auquel la Classe va prendre beaucoup d’importance. En termes de niveau, le Figaro c’est incomparable... C’est une leçon d’engagement, une école fantastique pour apprendre et pour progresser. Passer à l’IMOCA est dans la logique des choses pour moi et j’espère toujours être au départ du Vendée Globe l’an prochain". Le vainqueur de la dernière Route du Rhum-Destination Guadeloupe en Class40, va maintenant reprendre les entrainements en IMOCA avec Damien Seguin aux côtés duquel il participera à la Rolex Fastnet Race dans un mois, avant de s'aligner sur la Transat Jacques Vabre.

Triple vainqueur de l’épreuve (2005-2011-2014), Jérémie Beyou (Charal) le dit haut et fort : « Il faut avoir la volonté farouche d’y aller, car on ne se frotte pas à un tel niveau sans motivation. La Solitaire est une référence en terme de préparation. Personnellement, il me faut 2 à 3 ans pour retrouver le rythme et me remettre dans la peau d’un Figariste... Cette édition 2019 n’échappe pas à la règle, c'est vraiment un exercice de spécialiste. Il n’y a qu’à regarder qui sont les 10 premiers... Pour l'emporter il faut être Figariste à 100% ». Après deux semaines de vacances, le skipper de Charal va reprendre les entrainements en double avec Christopher Pratt avec lequel il s'alignera au départ de la Transat Jacques Vabre.

Solitaire du Figaro
IMOCA
Ajouter un commentaire...

A la découverte du voilier #IMOCA. Consultez toutes les caractéristiques du bateau de 18.28 m. construit par le chantier #Multiple

  • 1 avis

    IMOCA - voilier du chantier Multiple

    Le voilier IMOCA est un monocoque course-croisière, construit par le chantier Multiple. Ce voilier Quille pendulaire, gréé en Sloop, mesure 18.28 m de long.

    Publicité