Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Après trois jours de mer, la flotte des 82 marins de la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère est à nouveau au complet avec le retour en course de Jean Lorre en début d’après-midi. Les vitesses sont soutenues, sur une trajectoire proche de la route directe et dans un alizé qui devrait se maintenir jusqu’à l’arrivée. Les premiers pourraient rallier la Martinique après seulement 11 jours de mer… Les grandes glissades tant attendues sont bien au rendez-vous et les marins prennent du plaisir, tout en restant très attentifs aux possibles sorties de route. Fait suffisamment rare pour être signalé : le leader en série (Ambrogio Beccaria) talonne le premier proto (François Jambou). Les solitaires engagés dans la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère vont avoir des choses à raconter à l’arrivée ! « On savait depuis le départ que la course pouvait aller très vite et cela se confirme. Les bateaux accompagnateurs ont même du mal à suivre ! », indique Denis Hugues, le directeur de course. Les concurrents vivent une deuxième étape à la hauteur de leurs espérances, un long run de 2 700 milles, constamment sous spi et à bonne allure. Florian Quenot (946) en a profité la nuit dernière pour exploser le record de la distance parcourue en 24 heures sur un Mini 6.50 de série : 291,47 milles à la vitesse moyenne de 12,1 nœuds.
« C’est plutôt dur… »

Cette navigation à haute vitesse est à la fois grisante et périlleuse. Les « vracs » snt nombreux, et les petites casses également. Un message reçu de la part du bateau accompagnateur Yemanja permet de dresser le décor : « Le vent reste soutenu, dans les 20-25 nœuds de Nord-Est, la mer est plutôt agitée, pas forte mais pas bien rangée. Beau temps, quelques nuages bas. Quelques conversations VHF entre Minis indiquent que c'est plutôt dur pour eux. La plupart ont deux ris dans la grand-voile et le spi medium ou le code 5. Ça parle pas mal de choix de route... » En parlant de choix de route, on observe que les concurrents les plus au Nord ont tendance à gagner dans le Sud pour éviter des zones orageuses qui se développeront à partir de demain.

Série : Ambrogio Beccaria impérial, Kevin Bloch en tête des « vintage », Jean Lorre repart

Ambrogio Beccaria (943) domine pour l’instant les débats sur son Pogo 3. Non content de mettre à distance ses concurrents directs, l’Italien fait jeu égal avec les protos les plus aboutis. Il est ce soir deuxième au scratch, seulement devancé par François Jambou. La meute est à ses trousses mais Ambrogio assume son statut de favori de jolie manière, en sachant pertinemment qu’un rien peut enrayer sa belle dynamique. On note que derrière les inévitables Pogo 3 et scow de série, certains concurrents avec des bateaux plus anciens font une très belle course à l’instar de Kevin Bloch (697), bien placé dans le Top 20 avec son bateau de 2007. Quant à Jean Lorre (570), il est reparti en début d’après-midi d’El Hierro après avoir pu ressouder sa cadène d’étai. On note enfin que des petits groupes se forment. Par exemple, du 23e (Thomas Gaschignard) au 30e (Pierre Casenave-Péré), sept concurrents se tiennent en à peine 5 milles


Proto : François Jambou fait un petit break

Sur le bateau tenant du titre (avec Ian Lipinski), François Jambou (865) est aux commandes de la flotte des protos. Arrivé seulement six minutes après Axel Tréhin (945) lors de la première étape, François a pris une avance intéressante sur son concurrent numéro 1 (42,8 milles d’avance à 17h). Tanguy Bouroullec (969), le troisième larron, est à 16,9 milles de François. Le match pour la victoire finale entre ces marins s’annonce palpitant jusqu’au bout. Derrière, quatre concurrents bataillent pour ne pas se faire trop décrocher : Erwan Le Méné (800) est dans l’axe des leaders tandis qu’Antoine Perrin (850), Morten Bogacki (934) et Fabio Muzzolini (716) sont décalés dans le Nord.

Classement du mardi 5 novembre à 17h (heure française)
PROTO
1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 1966,9 milles de l’arrivée
2- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 16,9 milles du premier
3- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 42,8 milles du premier

SERIE
1- Ambrogio Beccaria (943 - Geomag) à 1972,3 milles de l’arrivée
2- Benjamin Ferré (902 – Imago Incubateur D’aventures) à 16,8 milles du premier
3- Pierre Le Roy (925 – Arthur Loyd) à 46,6 milles du premier

Mini Transat
Mini 6.50
Ajouter un commentaire...

Publicité