Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Peu de marins peuvent se targuer d’avoir remporté la célèbre Rolex Fastnet Race à cinq reprises, dont une fois à l’Overall.

C’est le cas de Géry Trentesaux qui a récidivé pas plus tard que mardi dernier, dans la catégorie IRC2, sur son JPK 11.80 Courrier Recommandé, avec une grande partie du noyau dur de son équipage historique. Et c’est sur cette note que le Nordiste a choisi d’annoncer qu’il souhaitait tirer un trait sur la remarquable histoire des « Courrier ». Une saga débutée en 1999, égrainée de succès bien sûr, mais dont la réussite repose avant tout sur le fait d’avoir bâti une équipe solide, fondée sur le respect, la compétence et l’amitié. Débutée en 1999, l’histoire des « Courrier » a engrangé les succès, accrochant à son palmarès les courses les plus prestigieuses telles que la Sydney – Hobart, la Commodore’s Cup, la Middle Sea Race, les Scottish Series ou encore la fameuse Fastnet Race. « Tout a en fait commencé lorsque qu’avec François Lamiot, nous avons décidé de refaire les courses du RORC », explique Géry Trentesaux qui a entamé l’aventure avec Courrier Sud, alors accompagné de son complice mais aussi de Pierre Ghewy (qui est d’ailleurs venu de Tahiti pour participer à cette Fastnet Race 2019), Antoine Carpentier et Arnaud Aubry.

C’est naturellement avec ce même équipage qu’il a souhaité participer à la course cette année, histoire de boucler la boucle de belle manière, avec une nouvelle victoire à la clé qui plus est. « Quelle plus belle façon de tirer un trait sur 21 saisons sur les Courrier ? On sait que l’on peut toujours être meilleur, mais en tirant le bilan, je me suis rendu compte que sur nos six participations à la Fastnet Race sur les Courrier, il y a eu cinq victoires, dont une toutes classes confondues en 2015, ce qui est évidemment un très joli score », détaille Géry qui affectionne particulièrement l’épreuve anglaise, à la fois pour son parcours, ses nombreuses difficultés et son atmosphère unique. « Au total, je l’ai courue à quinze reprises. La première fois, j’avais 18 ans. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai vieilli et qu’il est temps d’arrêter », explique le Nordiste, impressionné par le niveau de jeu des plus jeunes, soulignant notamment le talent de Julien Villion, le jeune Morbihannais qui a officié avec brio à la tactique et à la navigation à bord de Courrier Recommandé pour l’occasion.

Le bon moment pour tirer un trait« Je sais que c’est le bon moment de tirer un trait. Il est vrai qu’il y a quatre ans, j’avais déjà annoncé que je voulais tourner la page mais Jean-Pierre Kelbert avait réussi à me convaincre du contraire avec la sortie de son JKP 11.80. Aujourd’hui, c’est réellement une page qui se tourne. Une page de 20 ans, avec, en pagaille, Courrier Sud, Courrier Nord, Courrier Vintage, Courrier Pop, Courrier du Léon, Courrier Cœur, Lady Courrier, Courrier Dunkerque, Courrier Zen ou encore Courrier de Nuit, le bateau avec lequel j’ai couru la Route du Rhum en 2006. Il y a eu tant de belles choses, et cela a nouveau été vrai sur la Rolex Fastnet Race qui vient se s’achever. Cette 48e édition de l’épreuve a été belle et nous avons eu la satisfaction de coller trois heures à notre dauphin, un sistership de notre bateau. Nous avons réellement bien navigué et pris énormément de plaisir », explique l’homme d’affaires qui va tout de même jouer un peu les prolongations. « Nous avons prévu de participer à la dernière course du RORC en septembre, pour tenter de gagner le championnat, puis à la Middle Sea Race ensuite, et peut-être la Sydney – Hobart, ce qui paraît toutefois assez peu vraisemblable. Ensuite, le bateau sera vendu. C’est ainsi que s’achèvera définitivement la saga des Courrier. Une saga dont la réussite n’est pas seulement d’avoir gagné des régates.

Lorsque nous nous sommes donnés des objectifs, nous nous sommes donnés les moyens de les atteindre et nous y sommes pratiquement toujours parvenus. Je suis vraiment très fier d’avoir bâti une équipe fondée sur le respect, la compétence mais aussi sur l’amitié », a terminé Géry Trentesaux.

Rolex Fastnet Race
Ajouter un commentaire...

Publicité