Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Remporté hier par le duo Alexis Loison – Fred Duthil, le Tour de Bretagne a, une nouvelle fois, récompensé la régularité. Pour preuve, le duo Normand n’a pas gagné une seule des cinq étapes finalement disputées lors de cette 12e édition. Une édition qui aura tenu toutes ses promesses, avec de belles empoignades sur l’eau, des conditions météo variées et de nombreux rebondissements, y compris dans le dernier bord de la dernière manche.

Si certains ont en tiré parti, d’autres en ont fait les frais, à l’image du tandem Tanguy Le Turquais – Luke Berry. Le binôme de Quéguiner – Kayak, impeccablement dans le match lors de cet ultime round de 26 milles entre Larmor-Plage et La Trinité-sur-Mer, s’est retrouvé piégé à moins d’un demi mille de l’arrivée, perdant alors près d’une quinzaine de places. Une fin de course (et d’épreuve) pour le moins frustrante pour les deux hommes qui n’ont toutefois pas cessé de monter leur niveau de jeu pendant cette semaine de compétition. De bon augure pour la Transat Jacques Vabre à venir, mais aussi pour la saison 2020 qui se profile d’ores et déjà.« C’est un peu dur de terminer la course de cette manière. On a un peu de mal à digérer la pilule. C’est frustrant car avec Luke, on a régulièrement progressé à chaque étape et nos résultats sont devenus de mieux en mieux. On était d’ailleurs super bien parti pour terminer par une étape dans le Top 10 et tout s’est écroulé à 0,4 mille de l’arrivée », a expliqué Tanguy Le Turquais qui avait, de fait, bien maîtrisé l’ensemble de cette sixième et dernière étape entre Larmor-Plage et La Trinité-sur-Mer avant de voir tous ses efforts partir en fumée à quelques encablures de la ligne. « On était 4e et ça se passait super bien. On avait tiré tous les bons bords et encore progressé en termes de vitesse par rapport aux jours précédents, puis d’un coup, dans la baie de Quiberon, on s’est retrouvé face à un mur sans vent. En voyant ça, nos camarades de derrière ont naturellement fait le tour et nous, dans la bataille, on a perdu 14 places. C’est dur à avaler surtout à cet endroit pour moi, car c’est le plan d’eau sur lequel j’ai appris à naviguer », a commenté le skipper de Quéguiner – Kayak qui n’est pas le seul à s’être fait engluer dans la molle hier (les leaders ont bien cru que la victoire allait leur échapper à ce moment de la course), mais qui est très certainement celui a l’a payé le plus durement au classement. « On pouvait encore finir 12e au général et là, on doit se contenter de la 16e place. Dans l’instant, il y a forcément pas mal de frustration, même si on ne perd pas de vue notre objectif de performer sur la Transat Jacques Vabre. Ce Tour de Bretagne à la Voile a été super intéressant à plein de niveaux. Ni Luke, ni moi ne sommes des régatiers purs, et le format très court et très côtier de l’épreuve n’est pas notre exercice de prédilection, mais nous avons appris énormément. On a évolué dans notre manière de communiquer, on connaît aujourd’hui davantage les points forts et les points faibles de chacun et c’est un plus pour notre cohésion d’équipe. C’était important pour nous deux de participer à ce Tour et on est content de l’avoir fait, même s’il est vrai que c’est un peu décevant de finir la saison Figaro de cette façon », a terminé Tanguy Le Turquais, le regard toutefois déjà tourné vers la suite avec la Transat Jacques Vabre, bien sûr, mais aussi et surtout la saison 2020.

Tour de Bretagne à la Voile
Tanguy Le Turquais
Ajouter un commentaire...

Publicité