Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Grand Prix Guyader : en route pour la 20e édition !

Située dans une baie parmi les plus belles du monde, Douarnenez affiche une histoire intimement liée à la mer. Un atout indiscutable que s’emploient à valoriser les organisateurs du Grand Prix Guyader en s'appuyant sur cet écrin naturel si propice à la pratique de la voile et du nautisme depuis 2000.

Un atout qui a permis à l’événement de s’imposer comme un rendez-vous incontournable, ouvrant ainsi la saison maritime de la cité des Penn Sardin avec un foisonnement de défis tous aussi spectaculaires les uns que les autres. En ce sens, la 20e édition qui s’annonce ne dérogera pas à la règle. Bien au contraire même, puisque du 3 au 11 mai prochain, la cité aux trois ports sera en fête avec un Melting Pot savoureux de pêcheurs, de coureurs au large, de régatiers ou encore de spécialistes des records sur une multitude de supports différents avec, en prime, trois grandes nouveautés qui vont à coup sûr marquer les esprits : la Bermudes 1000 Race en invitée d’honneur, le National Windsurfer et la présence des Easy to Fly. Créé en 2000, le Grand Prix, Sizhun Penn ar bed est un événement à la fois unique et pluriel, sportif et convivial. Un évènement qui appartient à ses acteurs, comme aiment à le rappeler les organisateurs dont la recette du succès est impeccablement rôdée. Leur secret ? Ne jamais se reposer
Après le « Voyage Transatlantique » proposé en 2016 avec les éditions Gallimard à l’issue du Grand Prix Guyader qui avait emmené les IMOCA jusqu’à New York, le directeur de Sea to See a décidé de transformer l’essai avec la Bermudes 1000 Race en mai dernier. Une expérience originale qui a vu le succès de Paul Meilhat à Cascais (Portugal) mais qui lui a surtout donné l’envie d’aller plus loin en renforçant l’esprit de compétition.
C’est ainsi que la Bermudes 1000 Race deuxième du nom sera lancée cette année, avec un tracé inédit entre Douarnenez et Brest.
« Plusieurs options de parcours sont possibles. Soit une boucle qui ralliera le Fastnet et un waypoint au large des Açores avant de rejoindre l’arrivée, soit deux boucles de type triangle celtique entre le Fastnet et la Corogne, pour un total de 2000 milles en solitaire pour les IMOCA et de 1000 milles en double pour les Multi50 », détaille l’organisateur qui a donc décidé d’ouvrir l’épreuve à la fois aux bateaux du Vendée Globe et aux trimarans de 50 pieds.

« Cela fait 15 ans que Douarnenez accueille les IMOCA et les Multi50. Cette nouvelle course sera un joli rendez-vous de printemps qui illustre la continuité et notre lien proche avec les deux classes », souligne l’équipe organisatrice spécifiant que la Bermudes 1000 Race figure cette année au calendrier du Championnat du Monde IMOCA Globe Series (coefficient 2) et qu’elle sera, par conséquent, qualificative pour le Vendée Globe, tandis qu’elle sera, par ailleurs, sélective pour la Transat Jacques Vabre pour les 50 pieds.

Antoine Mermod, Président de la classe IMOCA :
« Le Championnat du Monde IMOCA Globe Series est constitué d’un programme de courses en solitaire et en double sur quatre ans (2018-2021), qui se termine avec la course phare du Vendée Globe. La Bermudes 1000 Race est l’un des trois grands événements de la saison 2019 qui le compose, avec la Fastnet Rolex Race et la Transat Jacques Vabre. Nous sommes naturellement très fiers qu’autant de skippers soient d’ores et déjà engagés sur l’épreuve, une épreuve bretonne qui plus est. Nous sommes très satisfaits aussi de voir le Grand Prix Guyader prendre autant d’importance. Il accueille les IMOCA depuis le début et le fait qu’il passe aujourd’hui à la vitesse supérieure est un peu la suite logique de tout le travail réalisé par Gwen Chapalain et son équipe avec autant de professionnalisme depuis de nombreuses années. »

Le retour de la Windsurfer
Autre nouveauté de cette 20e édition du Grand Prix Guyader : le National Open Windsurfer. « A Douarnenez, on a toujours aimé la Windsurfer. Il se trouve qu’aujourd’hui, elle fait son retour et que nous sommes très heureux de la recevoir dans le cadre de cette édition anniversaire de l’événement », notent les organisateurs, manifestement un peu nostalgiques des années 70, cette époque où cette drôle de planche de surf équipée d’une voile triangulaire s’est mise à conquérir tous les plans d’eau du globe.

« La nouvelle Windsurfer a été présentée au salon nautique de Paris, en décembre dernier, et pour le clin d’œil, le National sera parrainé par Alain Pichavant, le Commissaire Général du Nautic, qui remettra ainsi le Trophée Nautic au vainqueur de l’épreuve », avancent les organisateurs qui prévoient d’ouvrir la compétition à la fois à la nouvelle et à l'ancienne version de cette planche aujourd’hui mythique.
« On attend une cinquantaine de concurrents », annoncent les Douarnenistes qui comptent sur la présence de coureurs internationaux qui auront alors entamé leur saison par la Cala Galera Italian National, la Caldaro Alps Trophy et la Windsurfer Spring Eurocup et qui ne viendront assurément pas à Douarnenez pour faire de la figuration, mais aussi sur la présence d’aficionados de promenade en mer, l’idée, comme toujours au Grand Prix Guyader, étant de mixer au mieux compétition et convivialité. il y a 40 ans, en 1979 , le National Windsufer était à Douarnenez , un joli anniversaire.

Franck Sénéchal, Président de la classe Windsurfer :
« Le Grand Prix Guyader sera la première manifestation en France depuis sa sortie des Windsurfer nouvelle génération des usines, en juin 2018. Nous nous réjouissons évidemment grandement de l’événement qui s’annonce comme un véritable galop d’essai, avec la présence en force des Australiens, des Italiens, des Japonais mais aussi des Américains qui commencent à l’importer également dans leur pays. Car oui, force est de constater que le retour de la Windsurfer est un vrai phénomène. Même les constructeurs ne s’attendaient pas à un tel succès. On se rend compte que ceux qui étaient mordus par cette planche il y a 40 ans le sont toujours aujourd’hui, preuve qu’à l’heure où le foil prend de l’envergure, les basiques gardent aussi beaucoup de saveurs. »

L’Easy to Fly dans les rangs pour la première fois
Enfin, comme le dit l’adage : « jamais deux sans trois ». Aussi, l’autre nouveauté de ce Grand Prix Guyader 2019 sera la présence des Easy to Fly. Ces catamarans à foils de 26 pieds (8,10 mètres) conçus par Guillaume Verdier et construits par l’écurie Absolute Dreamer, administrée à Lorient par le skipper Jean-Pierre Dick, évolueront en effet aux côtés des Class40 (Trophée Armor Lux), des IMOCA (Trophée Tout Commence en Finistère) et des embarcations du Défi Pom’Potes (Ultime, Multi2000, Multi50, engins de vitesse mais aussi kite, windsurf et Moth à foil), parallèlement au Concours de Pêche Groix et Nature programmé lors du premier week-end (du 3 au 6 mai) de la manifestation, avant de passer le relais aux Diam 24 OD (Trophée Banque Populaire Grand Ouest) et aux Dragon Trophée BMW (Trophée Corinthian by Studio Legale Duca) (du 8 au 11 mai).
« Six unités sont attendues à ce jour. Comme les Class40 et les 60 pieds, ils alterneront des parcours construits et/ou des raids côtier le matin puis des runs de vitesse l’après-midi », termine Gwen Chapalain, fier de recevoir ces bateaux qui ont, pour mémoire, disputé leur première course en flotte il y a moins d’un an à l’occasion de la Nice Ultimed et dont le niveau ne cesse de s’intensifier. De quoi garantir du grand spectacle au Grand Prix Guyader !

Jean-Pierre Dick, Easy to Fly :
« Nous devrions être entre cinq et six ETF 26, parmi lesquels des équipages suisse et britannique puis le nôtre, ABC Arbitrage / Ville de Nice. Le Grand Prix Guyader est une épreuve que, pour ma part, je connais bien et depuis longtemps pour y avoir participé à de nombreuses reprises en IMOCA. Je suis ravi d’avoir l’occasion d’y revenir cette année en Easy to Fly d’autant que le premier week-end de compétition correspond très bien à l’état d’esprit du bateau. Nous allons faire le spectacle avec les IMOCA et les autres bateaux de la course au large. L’ETF 26 est un catamaran très rapide avec lequel nous avons déjà fait des pointes à 35 nœuds. Nous espérons ainsi arriver dans les premiers dans les runs de vitesse et comme le plan d’eau de Douarnenez est assez plat, cela devrait nous permettre d’exploiter tout le potentiel de nos machines ». sur leurs acquis.

« Chaque année, nous faisons en sorte d’apporter de nouveaux ingrédients », assurent Gwen Chapalain qui mise sur l’innovation et la variété et qui le prouve une nouvelle fois cette année avec trois grandes nouveautés.

Grand Prix Guyader
Ajouter un commentaire...

Découvrir toutes les caractéristiques du port de Douarnenez - Tréboul (Finistère) : nombre de places, accès, horaires des marées, zones techniques, contacts et les Avis aux Navigateurs.

  • 1 avis

    Port Douarnenez - Tréboul (29) - Informations maritimes sur le port de plaisance

    Le port de plaisance de Douarnenez - Tréboul est situé dans le Finistère. Il dispose d'une capacité d'accueil de 500 bateaux sur pontons. Il peut accueillir 50 bateaux sur corps mort. Le port de Douarnenez - Tréboul dispose d'un espace visiteurs pour vos escales avec 60 places disponibles. Le port est réservé aux bateaux de moins de 14 m. Attention, le tirant d'eau maximum est de 3 m.

    Le voilier Easy to fly est un #catamaran en double construit par Absolute Dreamer - Découvrir la fiche technique du bateau, les photos, vidéo des bateaux sur Yacht-Club

    Publicité