Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Clap de fin sur le Défi Azimut 2019 qui confirme la victoire sans partage de Charal. Courue encore une fois dans de superbes conditions, cette 9ème édition établit une première hiérarchie cette saison d'une classe IMOCA en plein bouleversement. C’est ici-même qu’il avait signé en 2018 ses premiers décollages sous les yeux ébahis des spectateurs. Un an plus tard, Jérémie Beyou qui ne raterait pour rien au monde le Défi Azimut est revenu pour confirmer que le vol en IMOCA, c’est maintenant ! Le plan VPLP noir aura nécessité près d’une année de mise au point. Mais associé à Christopher Pratt, force est de constater que Jérémie Beyou maîtrise son sujet. Après le tour de chauffe des Runs, il a montré au large sur 48 heures et 665 milles que personne ne pouvait contester sa suprématie. Charal a su gérer son avance sur les bateaux d’ancienne génération poussés dans leurs retranchements. Confirmation aussi autour de Groix où à défaut de battre le record pour une poignée de secondes, le foiler l’emporte encore.

Les nouveaux venus dans cette catégorie des bateaux volants savent désormais le travail qui leur reste à accomplir pour se hisser à la hauteur de leur aîné. Avec l’alternance de ses formats, la facilité à observer de l’extérieur les bateaux, le Défi Azimut est une occasion exceptionnelle d’établir une hiérarchie à l’heure où les générations d’IMOCA sont bouleversées par des foils en constant renouvellement. L’arrivée cette année sur le plateau de deux nouveautés jamais vues en course (Arkéa Paprec, Advens for Cybersecurity) et d’un IMOCA plus ancien superbement transformé (MACSF), pimentait encore le jeu. Pour montrer au final qu’avant de voir naviguer toutes ces machines de haute technologie à 100%, il reste beaucoup de place pour les anciens IMOCA bien menés, confime la belle performance de Corum L'Epargne, deuxième autour de Groix. Sur les 48 Heures, PRB et 11th Hour ont été excellents, mais aussi Maître Coq IV, sans oublier Apicil dans la catégorie des non foilers.

Déjà bien ancré dans le cœur des skippers, le Défi Azimut n’attendait que ce nouveau format – 5 jours de parcours variés dont une course au large de 48 heures – pour compter parmi les incontournables de la saison. Ils étaient 21 IMOCA au départ cette année, moitié plus que l’édition précédente, et de l’avis de tous, le Défi a franchi un cran. La meilleure preuve en est le lot d’images fantastiques ramenées par les 20 media men et women, coulisses d’une course au large de haut niveau. C’est Jérémy Sorel, sur V and B Mayenne qui remporte le concours dans la catégorie photo et Ronan Gladu sur MACSF pour sa vidéo où le rythme du large et l’âpreté des nouveaux IMOCA sont particulièrement bien traduits.

Défi Azimut
Ajouter un commentaire...

Publicité