Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Dragon et Diam 24 : un spectacle tout en contrastes, des régates de haut-vol

Si la 20e édition du Grand Prix Guyader promet de démarrer sur les chapeaux de roues le 4 mai prochain, avec le concours de pêche Groix et Nature, le National Windsurfer puis le Défi Pom’Potes elle se clôturera en fanfare avec les Dragon et les Diam 24 OD. Les premiers, fabuleux quillards de sport nés en 1929, entameront les débats le jour de l’Armistice tandis que les seconds, fougueux sport-boats à trois pattes apparus en 2015, entreront en piste le lendemain promettant alors un spectacle tout en contrastes comme la baie de Douarnenez aime en offrir.Dragon : Trophée BMW Latitude Automobile - Studio Legale Duca Assurément les bateaux les plus emblématiques du Grand Prix Guyader, les Dragon qui fêtent cette année leur 90eanniversaire, seront naturellement au rendez-vous de cette 20e édition.

« Leur présence sonne comme une évidence. Ils sont là depuis le début, en 1999, grâce à l’impulsion de Louis Urvois et de Pol Hoj-Jensen grâce à qui la classe s’est largement redynamisée et le bateau s’est considérablement modernisé », notent les organisateurs de l’épreuve - cotée une année sur deux Grade 1 puis Grade 2 par l’International Dragon Class. Une trentaine d’équipages est attendu pour ce cru 2019, malgré un calendrier chargé.

Reste que de grands noms régateront à Douarnenez du 8 au 11 mi, à commencer par le Danois Poul Richard Hoj-Jensen, véritable sommité de la voile s’il en est. A son palmarès notamment, deux médailles d’or olympiques en Soling (en 1976 puis en 1980), six médailles aux championnats du Monde de Dragon dont deux dans le plus précieux des métaux (en 1989 puis en 2009). « Le Grand Prix compte beaucoup pour moi. Louis Urvois et Gwen Chapalain sont venus me voir il y a près de 20 ans maintenant, et m’ont demandé quelle était la meilleure façon de mettre Douarnenez sur la "carte de la voile". L’idée de créer le Grand Prix à Douarnenez est née de ces discussions.

Il a bien sûr évolué au fil des années pour devenir l’un des plus beaux événements qui soient, mais sans Louis et Gwen, rien de tout cela ne serait arrivé. Sans oublier bien sûr deux autres ingrédients essentiels : les conditions de navigation magnifiques que la baie de Douarnenez offre aux marins et la convivialité des Penn Sardin. Voilà ce qui fait que je viens et reviens avec plaisir au Grand Prix », explique Poul Richard Hoj Jensen, le skipper de Danish Blue aujourd’hui âgé de 74 ans, fondateur, en 1988, du chantier Petticrows.

Un chantier prestigieux à l’origine du V6, véritable bête de course avec laquelle Andy Beadsworth a remporté les deux derniers mondiaux de la classe mais aussi la dernière édition du Grand Prix Guyader. « Si l’équipage de Provezza ne sera pas présent cette année, le plateau est toutefois intéressant et les Français seront particulièrement bien représentés », annonce le Danois, qui a, pour sa part, déjà remporté l’épreuve finistérienne, et qui se verrait bien récidiver une troisième fois. Reste qu’il le sait, ses concurrents ne comptent pas lui faciliter la tâche, à commencer par Fred Gourlaouen sur Q Ti Too qui avait terminé 8e et premier tricolore en 2018, Christian Guyader sur Ar Youleg, Bruno Peyron sur Ar Dizaon au côté d’Erik Orsenna, ou encore Bruno Jourdren sur son tout nouveau V6 Corto 5, pour ne citer qu’eux.Trophée Banque Populaire Grand Ouest Diam 24 ODSi le match s’annonce serré chez les Dragon, il devrait être tout aussi passionnant du côté des Diam 24 OD avec, là aussi, un sacré casting. Les équipages à surveiller ? En premier lieu Beijaflore de Valentin Bellet puis Cheminées Poujoulat skippé par Robin Follin et managé par Bernard Stamm. L’un et l’autre ont fait forte impression sur les quatre premières épreuves de la saison et ils comptent bien évidement confirmer leur grande forme du moment les 9, 10 et 11 mai prochain, en baie de Douarnenez. « Le Grand Prix Guyader est, pour nous, la plus belle épreuve de préparation au Tour Voile.

Le lieu est dingue et l’organisation parfaite », assure le tenant du titre qui espère bien conserver sa couronne. « On s’attend à de la belle bagarre mais on va tout faire pour l’emporter », assure Valentin Bellet qui n’aura pas le droit à l’erreur surtout que la concurrence accroît doucement mais sûrement son niveau de jeu, à l’image de Mathilde Géron, 4e des J.O. de Londres 2012 en 470 avec Camille Lecointre, skipper de La Boulangère. « De très nombreux équipages peuvent gagner le Grand Prix Guyader. Le droit à l’erreur n’existe pas, notamment sur les parcours du type Stadium », ajoute le Charentais qui avait aussi signé une jolie deuxième place lors de l’édition 2017 du Grand Prix Guyader. « C’est une épreuve qui nous réussit bien et on l’apprécie également parce qu’elle nous permet de côtoyer sur un même plan d’eau des bateaux très différents. Tantôt les plus grands bateaux de la course au large, tantôt des Dragon. Ce sont toujours de belles images ! », se réjouit Valentin Bellet.

Grand Prix Guyader
Diam 24
Ajouter un commentaire...

Découvrir toutes les caractéristiques du port de Douarnenez - Tréboul (Finistère) : nombre de places, accès, horaires des marées, zones techniques, contacts et les Avis aux Navigateurs.

  • 1 avis

    Port Douarnenez - Tréboul (29) - Informations maritimes sur le port de plaisance

    Le port de plaisance de Douarnenez - Tréboul est situé dans le Finistère. Il dispose d'une capacité d'accueil de 500 bateaux sur pontons. Il peut accueillir 50 bateaux sur corps mort. Le port de Douarnenez - Tréboul dispose d'un espace visiteurs pour vos escales avec 60 places disponibles. Le port est réservé aux bateaux de moins de 14 m. Attention, le tirant d'eau maximum est de 3 m.

    A la découverte du voilier #Diam 24 One-Design. Consultez toutes les caractéristiques du bateau de 7.25 m. construit par le chantier #ADH Inotec

    Publicité