Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

Mis à part le front qu’il a fallu négocier la nuit dernière, les solitaires de la Douarnenez Courses Solo Gijón sont plutôt logés à bonne enseigne. En fin de matinée, la pluie a disparu pour laisser place à un temps voilé et des conditions de navigations presqu’idéales. Vent de sud-ouest à ouest dominant, dix à douze nœuds, seule une petite houle de sud-ouest tend à freiner la progression de la flotte.

Ce n’est pas encore l’heure des choix. A mi-distance entre Douarnenez et Gijón, la flotte navigue toujours groupée, même si une dizaine de milles sépare les tenants des options est ou ouest. Les écarts sont d’autant plus faibles, que les partisans d’une route plus à l’est sont aussi les plus proches de la route directe et tendent à pointer logiquement dans le haut du classement.Les solitaires, après plusieurs semaines de coupure suite à la Solitaire du Figaro, reprennent progressivement leurs marques. Trouver le bon rythme de course entre sommeil nécessaire et veille indispensable, se sentir à nouveau en phase avec son bateau, tout ceci procède d’automatismes qu’il faut activer de nouveau. Preuve du temps d’adaptation les quelques petites mésaventures dont les navigateurs ont fait état lors de leurs contacts avec la direction de course. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) en rinçant la vaisselle de son petit déjeuner a malencontreusement fait tomber sa cartouche de gaz à l’eau, quand Cassandre Blandin (Klaxoon C) reconnaissait avoir pris un peu de retard en loupant quelques transitions par faute de siestes trop longues. Ces conditions presqu’idylliques ne devraient toutefois pas durer. Le vent devrait progressivement tomber sur le golfe de Gascogne à mesure que les solitaires gagneront dans le sud. Actuellement, les solitaires naviguent sous gennaker et grand-voile haute et profitent de conditions relativement stables, mais bientôt il va falloir aller à la quête du moindre souffle d’air, rester concentré même quand on se fera coller dans une bulle sans vent alors que les concurrents les plus proches continueront d’avancer. Bien sûr, tous les coureurs, au sortir d’une saison intense, savent l’anticiper et s’y préparer psychologiquement. Les mètres grappillés maintenant risquent de valoir cher quand le vent va tomber. A l’ouest, trois solitaires tentent le débordement de la flotte en jouant de leur vitesse : Xavier Macaire (Groupe SNEF), Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) et Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) vont surveiller avec attention leur progression face au groupe du centre emmené par Justine Mettraux (TeamWork) et les tenants de l’option est, dont le plus incisif des représentants est sans conteste Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019). Avec la nuit et le vent qui perdra en intensité, une autre course commencera… les écarts pourraient alors se creuser.

Douarnenez Courses Solo Gijon
Figaro 3
Ajouter un commentaire...

Découvrir toutes les caractéristiques du port de Douarnenez - Tréboul (Finistère) : nombre de places, accès, horaires des marées, zones techniques, contacts et les Avis aux Navigateurs.

  • 1 avis

    Port Douarnenez - Tréboul (29) - Informations maritimes sur le port de plaisance

    Le port de plaisance de Douarnenez - Tréboul est situé dans le Finistère. Il dispose d'une capacité d'accueil de 500 bateaux sur pontons. Il peut accueillir 50 bateaux sur corps mort. Le port de Douarnenez - Tréboul dispose d'un espace visiteurs pour vos escales avec 60 places disponibles. Le port est réservé aux bateaux de moins de 14 m. Attention, le tirant d'eau maximum est de 3 m.

    A la découverte du voilier #Figaro 3. Consultez toutes les caractéristiques du bateau de 9.75 m. construit par le chantier #Bénéteau

    Publicité