Bateaux.com
Magazine de la plaisance
MENU

L’Ocean Globe Race 2023 attire les premiers participants. Des centaines de marins et plusieurs yacht clubs sont en émoi à l’idée de participer et les demandes d’engagement dépassent maintenant largement les places disponibles avec des marins venant de France, Finlande et du Royaume Uni en tête de liste. On y trouve des anciens de la Whitbread comme Tracy Edwards qui navigue en ce moment autour du monde avec un équipage entièrement féminin à bord de Maiden son bateau de la Whitbread de 1989. A propos de L’OGR, elle dit : « Avec tout ces bateaux issus des précédentes Whitbread qui, comme Maiden, ont été sauvés et restaurés, il semble tout à fait opportun de les faire courir autour du monde à nouveau, COMPTEZ SUR NOUS ! »

Le finlandais Tapio Lehtinen qui a terminé l’édition 2018 de la Golden Globe Race, a inscrit un Swan 55 dans la classe « Aventure » réservée aux bateaux de série de 47 à 55,25 pieds de long. (14,33 à 17,40 mètres) Il vient de prendre possession de Galiana yawl sur plan Olin Stephens et doit quitter Southampton ce week-end pour le ramener en Finlande. Lancé en 1970, Galiana est le second des seize yachts construits par Nautor suivant ce plan et Tapio le décrit comme « le plus classe et le plus beau des premiers Swan ».

Le marin britannique Alan Macmillan partage ce point de vue. Il vient d’engager Ariana, son Swan 55 gréé en cotre et va bientôt embarquer pour une croisière autour du monde en préparation de l’OGR 2023. Voici donc deux sérieux prétendants qui vont batailler ferme pour les places d’honneur dans leur catégorie.

Tapio, qui est aussi inscrit à nouveau pour la Golden Globe Race 2022, était chef de quart à bord de Skopbank of Finland dans la Whitbread 1981 et il veut utiliser son projet OGR pour amener une nouvelle génération de jeunes marins finlandais issus des écoles de voile dans les mers du sud et les présenter à la scène mondiale de course à la voile. Ce faisant, il espère assurer la continuité de l’héritage des tour du mondistes finlandais qui remonte aussi loin que les grands voiliers de commerce de Gustaf Erikson et des clippers des grandes routes océaniques.

Les demandes pour des places dans la classe « Sayula » réservée aux bateaux d’une taille comprise entre 57,4 et 65,5 pieds (17,48 à 19,94 mètres) sont également nombreuses avec 5 propriétaires de Swan 65 , sisterships de Sayula 2, le vainqueur de l’édition originelle de la course en 1973/74.

L’un d’eux est le français Dominique Dubois, le propriétaire du chantier Multiplast de Vannes, qui possédait un Swan 65 mais qui l’avait vendu il y a quelques années pour le remplacer par un bateau ultra léger afin de courir la trans-atlantique en solo, la Route du Rhum de l’hiver dernier.
Considérant qu’il a construit tous les Volvo 65, les trimarans géant batteurs de records comme l’Idec Sport de Francis Joyon et le Sodebo de Thomas Coville ou encore nombre d’IMOCA 60 performants ; le directeur de course Don McIntyre a demandé à Dubois : « pourquoi veux tu courir l’Ocean Globe Race ? » La réponse de Dominique : « C’est un rêve ! Je ne pouvais imaginer en avoir l’opportunité un jour… jusqu’ a ce que tu me l’offre ! »

Commentant la liste des inscrits, Don McIntyre dit : « A ce stade, beaucoup souhaitent rester confidentiels mais je peux maintenant dire que nous avons 12 inscriptions fermes représentant la Belgique, la France, La Finlande, l’Écosse, l’Espagne, la Suède et le Royaume Uni et USA avec le plus de demandes émanant de Finlande et de France. Aussi, les propriétaires actuel de Ceramco NZ, le yacht de Sir Peter Blake pour la Whitbread 1981/82 et le vétéran français L’Esprit d’Equipe se sont aussi montré très intéressés.

Golden Globe Race
Ajouter un commentaire...

Publicité